Si on parlait de la mort?

Le professeur de philosophie Rémi Robert invite la... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Le professeur de philosophie Rémi Robert invite la population au deuxième Café mortel organisé par un groupe d'élèves de son cours Regard critique sur la mort, le lundi 19 novembre.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) D'inspiration européenne, la formule du Café mortel sera reprise pour une deuxième année cet automne au cégep de Granby Haute-Yamaska. Le lundi 19 novembre, toute la population est invitée à partager sur le thème de la mort, plus précisément sur la perspective du deuil. Que celui-ci porte sur la perte d'un être cher, de l'échec d'un projet ou de l'abandon d'un rêve, tous sont appelés à aborder le sujet librement et sans jugement.

Le premier Café mortel a eu lieu l'an dernier dans le cadre du cours Regard critique sur la mort, dispensé par l'un des professeurs de philosophie du cégep de Granby Haute-Yamaska, Rémi Robert. «Dans ce cours, je leur offre tout un panorama!», lance le dynamique enseignant.

Les jeunes sont alors appelés à réfléchir sur la spiritualité, la religion, le deuil d'un point de vue psychologique et philosophique, les soins palliatifs, le suicide, le suicide assisté, la guerre, la mort politique, la mort en médecine, etc. «On parle aussi de valeurs qui accompagnent la mort et d'injustice, de révolte, de chagrin, voire de délivrance, ajoute M. Robert. J'ai l'impression que ce cours a une plus-value. Les jeunes ont l'occasion de réfléchir avant que ça arrive.»

«Oui ça peut remuer, mais ça peut aussi être extraordinaire comme expérience, poursuit-il, emballé par le sujet. Ça remue, mais ça allume aussi.»

Même chose pour le Café mortel, insiste-t-il. «C'est formateur et profondément humain. Chacun vient y chercher ce qu'il est capable de prendre.»

Comme l'an dernier, le Café mortel est organisé de A à Z par des étudiants du cours Regard critique sur la mort. Les jeunes inscrits à ce cours, croit le professeur, le font pour mieux comprendre cette étape qu'est la mort. «Certains le font parce qu'ils ont peur, dit-il. Le sujet intrigue beaucoup. Certains viennent chercher une 'sécurité'. Ils veulent se libérer de leurs tensions, de leurs appréhensions ou répondre à des questions.»

Quelqu'un qui intervient dans un cours ou qui témoigne peut aider une autre personne, expose-t-il. Un processus de legs qui peut s'avérer très libérateur pour les personnes qui participeront également au Café mortel. «C'est une forme de rapprochement entre les individus, souligneM. Robert. L'idée derrière le Café mortel est de grandir et de faire grandir.»

Les gens intéressés à participer à cette rencontre, qui aura lieu de 18h à 21h au café étudiant du cégep, n'ont qu'à manifester leur intérêt directement à Rémi Robert à rerobert@cegepgranby.qc.ca

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer