Le cabanon de la liberté

Mathieu Pomerleau .... (Photo Janick Marois)

Agrandir

Mathieu Pomerleau .

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) En juillet 2011, à l'âge de cinq ans, Mathieu Pomerleau a sauvé sa petite soeur Méliane de la noyade. Un geste héroïque qui lui a valu un certificat honorifique et une médaille. Mais depuis quatre ans, voilà que le petit héros voit ses forces le quitter graduellement à cause d'une maladie myopathique qui affaiblit ses muscles. Pour épargner son énergie tout en étant autonome, il se déplace en quadriporteur. Mais l'obtention de sa liberté est conditionnelle à ce qu'il puisse l'entreposer. Pour cela, c'est à son tour de lancer un appel à l'aide.

Mathieu a aujourd'hui neuf ans. En plus de problèmes musculaires qui lui donnent des douleurs chroniques au dos, il souffre d'une dysfonction de la vessie (vessie neurogène) et il vit avec une stomie depuis que son gros intestin a cessé de fonctionner. «En2011 il était déjà plus faible, mais on ne s'attendait pas à une évolution si rapide, raconte sa mère, Suzye Lepitre. Sa myopathie est non spécifiée. Nous sommes en investigation depuis quatre ans.»

Autour du petit bonhomme, qui fréquente la quatrième année de l'école des Bâtisseurs à raison de cinq avant-midis par semaine, gravitent une physiothérapeute, une ergothérapeute, un pédiatre, un urologue, une généticienne, un chirurgien, un gastro-entérologue, des bénévoles, etc. Dans le quotidien, Mathieu a besoin que quelqu'un traîne son sac d'école et sa boîte à lunch. Il arrive à marcher de courtes distances, mais il peut tomber à tout moment. «À l'école, il peut prendre l'ascenseur, se réjouit sa mère, qui a cinq autres enfants âgés de deux à16 ans. Il n'a pas la force de pousser un fauteuil roulant, alors il dépend de nous et du quadriporteur. L'endurance est moins là, alors il utilise le quadriporteur pour garder son énergie pour les choses importantes.»

Mais pour que Mathieu puisse profiter de son quadriporteur, celui-ci doit être entreposé dans un abri qui le protège des intempéries. D'où la nécessité dedétruire les cabanons existants sur leur terrain pour en construire un nouveau isolé et muni de l'électricité.

Appel à tous

Pour ce faire, ses parents lancent un appel à tous. «On ne veut rien de super luxueux, insiste Martin Pomerleau. À 10 000$, je pense qu'on peut construire quelque chose qui a de l'allure.»

«Nous ne voulons pas un château, poursuit Mme Lepitre. On veut quelque chose de fonctionnel.»

Ainsi, le couple souligne qu'il est ouvert à recevoir temps et matériel (conteneur, permis de la Ville pour la construction, une boîte électrique usagée...)

«Demander de l'argent, les gens peuvent douter qu'on l'utilise pour notre projet, reconnaîtMme Lepitre. C'est pourquoi on préfère demander du matériel et du temps. C'est mieux.»

Le principal intéressé a accepté de s'extirper de son émission préférée pour exprimer à quel point il apprécie les efforts mis de l'avant par ses parents pour lui faciliter la vie. «C'est très bien!», a-t-il dit, un brin timide.

«Le quadriporteur me permet de me promener où je veux.»

Pour mettre toutes les chances de leur côté, Suzye Lepitre et Martin Pomerleau participent actuellement au concours Marchand de rêves de TC Média dans la catégorie rénovation. Ils courent ainsi la chance de remporter un chèque-cadeau de 250$, un prix secondaire de 1000$, voire un grand prix de 25 000$. Suffit de voter pour leur projetintitulé Aider Mathieu de9 ans à découvrir le plaisir de l'autonomie sur le site www.marchanddereves.ca. Vous avez jusqu'au vendredi 30 octobre pour voter.

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer