Le Brain Potential : une solution de plus au TDAH

La Dre Audrey Robert, chiropraticienne à Granby, propose... (Photo Alain Dion)

Agrandir

La Dre Audrey Robert, chiropraticienne à Granby, propose une solution supplémentaire aux enfants présentant un trouble du déficit de l'attention, de l'hyperactivité ou des problèmes de concentration: le Brain Potential.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Depuis quelques années, le nombre d'enfants ayant un déficit de l'attention ou étant hyperactifs ne cesse de donner des maux de tête aux parents, à la fratrie et aux enseignants. Soucieuse de trouver une solution à ce fléau, la chiropraticienne Audrey Robert s'est intéressée au Brain Potential.

Le lundi 5 octobre, elle sera au Loupiot pour exposer cette approche qui peut amener un meilleur comportement et une meilleure concentration chez les enfants.

«Je veux informer les gens sur le fait que d'autres solutions existent», insiste Audrey Robert, mère de deux enfants, tout en mentionnant qu'elle ne possède toutefois pas la cure capable d'aider tout le monde.

«Et je ne pose par de diagnostic de TDAH, ajoute la pionnière du Brain Potential au Québec. Ce n'est pas de mon ressort. S'il y a un débalancement au niveau neurologique ou postural là, je peux aider.»

C'est justement au terme d'une discussion avec l'enseignante de sa fille que Dre Robert a décidé de mettre ses connaissances au profit des enfants qui présentent un trouble du déficit de l'attention, d'hyperactivité, de problème de concentration et de difficulté d'apprentissage. «Elle me disait qu'un enfant sur cinq présentait un retard, raconte-t-elle. Ça m'a interpellée.»

Ses recherches l'ont menée au docteur suisse Yannick Pauli, créateur du programme Brain Potential. Celui-ci combine des soins chiropratiques doux à une bonne nutrition ainsi qu'à un coaching en santé individualisé. Ce programme met l'accent sur la restauration et l'optimalisation du bien-être global et de la qualité de vie des enfants, et des adultes, plutôt que sur le seul traitement des symptômes. «C'est une vision globale de la personne», dit la Granbyenne d'origine.

«Il n'existe pas qu'une solution et la plupart des approches fonctionnent, fait remaquer la chiropraticienne. Le Concerta, le Ritalin, ce sont des solutions, mais qui ne font pas à tout le monde. C'est d'ailleurs un casse-tête pour les médecins. L'alimentation joue un rôle sur les comportements, les suppléments peuvent aider, l'exercice, le temps de repos, etc. Plein de facteurs entrent en ligne de compte.»

Le cerveau

Un débalancement entre les deux hémisphères du cerveau, dit-elle, engendre divers problèmes de comportement chez l'enfant. Par un questionnaire et de nombreuses observations, c'est d'ailleurs la première chose qu'elle vérifie. «Je prends un portrait global de l'enfant et je remonte jusqu'à la grossesse, explique-t-elle. Je fais un examen vertébral et musculaire. Je regarde le tonus et les réflexes. Je fais un examen neurologique pour voir s'il y a un débalancement ou pas.»

Si débalancement neurologique il y a, les soins débutent. «C'est engageant, ne cache pas Dre Robert. Ça demande un investissement de temps des parents. Ils doivent participer, car des exercices peuvent être faits à la maison.»

À ces exercices, la chiropraticienne suggère des changements à faire au plan de l'alimentation. «Il faut éliminer les produits laitiers et le gluten, insiste-t-elle. L'alimentation, je le sais, c'est un sujet très pointu. Suggérer des exercices ou la prise de suppléments, ça, ça passe. Mais changer l'alimentation, c'est un grand défi!»

Audrey Robert soulève d'ailleurs que la tendance actuelle anti-gluten est loin d'être une mode. «Je l'ai vu pour moi et ma famille, raconte-t-elle. J'ai vu l'impact sur mes enfants qui ont vécu plein de beaux changements». Le résultat le plus frappant a été de voir tout le monde soudainement plus énergique, dit-elle.

«En replaçant, en rééquilibrant et en réajustant, on voit les enfants avoir plus d'énergie, être moins stressés, plus concentrés, etc., expose-t-elle. En fait, ça aide tout le monde.»

Pour en savoir plus sur la conférence du lundi 5 octobre à 19h, on compose le 450-361-0370.

Retrouvez plus de détails dans notre copie papier.

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer