Ce matin, à midi, ce soir!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
France Arbour

Collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Oui, on entend à matin, ce midi, à soir. Mais il y a un mais. Ce n'est pas bien. La langue française demande Ce matin, À midi et Ce soir.

Toujours? Sans exception?

Oui, toujours, sans exception! Essayons de nous en souvenir grâce aux exemples suivants:

Ce matin, j'ai pris ou je prendrai un petit déjeuner chez Tartes et Clafoutis.

Ce matin, j'ai rendez-vous chez le dentiste.

Ce matin, je me suis levée de belle et bonne humeur.

Ce matin, je dois passer chez le cordonnier.

À midi est plus vicieux, car on entend trop souvent le CE midi et on finit par le dire à son tour sans trop y réfléchir. Donc répétons et retenons et inventons quelques phrases telles que:

À midi, j'irai faire quelques emplettes.

À midi, j'ai promis d'être au cégep.

À midi, je pars pour Montréal.

À midi, je vous donnerai peut-être une réponse satisfaisante.

CE soir doit être clair, car À soir ressemble trop au verbe asseoir. Donc, pour le mettre en bouche et en mémoire, voici des exemples:

Ce soir, je vais au concert de l'Orchestre de chambre de Granby.

Ce soir, j'ai une réunion à la Société d'histoire de la Haute-Yamaska.

Ce soir, c'est un bon souper entre amis.

Peux-tu venir chez moi, ce soir, vers 19h30?

La journée se divise en plusieurs morceaux: le matin, l'après-midi, le soir, la nuit, mais on peut aussi avoir l'aube, le lever du soleil, l'avant-midi, le midi tout seul, la brunante, l'entre chien et loup, la soirée, la nuitée, le couchant du soleil, le lever de la lune, le brouillard, le minuit chrétien ou pas...

Il sera toujours possible de souhaiter le bonjour, le bon après-midi, le bonsoir et la bonne nuit. On m'a souvent fait remarquer qu'ici, c'est-à-dire au Québec, on disait bonjour même en pleine nuit! Le jour ayant 24 heures, on peut nous pardonner cette petite entorse au protocole des gentillesses. Sourions à nos petits défauts et corrigeons les gros!

Bon matin est une marque de pain et un anglicisme déguisé. Oui, encore un. En voici quelques autres entendus lors d'un certain gala: son look, en playback, glamour, une histoire short, à date, du small talk, le gay power, etc.

Pourtant, tout ce beau monde se targue de s'exprimer en bel et bon français. Allez-y voir! Sans avoir une police des ondes, il nous faudrait une armée de volontaires pour souligner ces petits bouts d'influence américaine. Nous acceptons, nous reproduisons. Un mot par ci, un mot par là et nous voilà à défigurer notre langage quotidien. L'oreille est un atout majeur dans ce pernicieux mixage de sons. Oui, nous aimons notre langue. Oui, nous chérissons notre province. Oui, nous aimerions être les meilleurs (les plus bons). Oui, nous sommes entourés de millions parlant anglais et à cause de tout cela, nous nous devons de continuer la longue et agréable tâche de parler mieux.

Parlons encore et pour longtemps.

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer