Haute-Yamaska : une première maison LEED Argent

François et Isabelle, de Shefford, ont de quoi... (Photos Alain Dion)

Agrandir

François et Isabelle, de Shefford, ont de quoi être fiers. Leur maison écologique est la première certifiée LEED Argent dans tout le territoire de la Haute-Yamaska.

Photos Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Shefford) Il est révolu le temps où la maison écologique se résumait en la fabrication de murs de crépi d'argile couverts de chaux et isolés à la paille. Parlez-en à Isabelle et François. Le couple de Shefford peut vous entretenir pendant des heures sur la construction d'une maison verte, car il en a érigé une dans sa cour. Sa demeure est d'ailleurs la première de la MRC de la Haute-Yamaska à avoir obtenu la certification LEED Argent émise par Éco-Habitation, et ce, toutes catégories confondues.

Une prestigieuse attestation qui s'ajoute à sa fierté de s'être créé un havre de paix bâti sur un rêve à coups de persévérance, de patience, de recherches, d'huile de bras, de choix judicieux et de confiance mutuelle.

«C'est la fierté du travail accompli, souligne Isabelle. On est fiers, car on la méritait. François et moi ne faisons rien à moitié. Ensemble, on fait l'effet d'une bombe! Si on peut apprendre dans l'élaboration d'un projet, on est satisfaits. Si c'est formateur, on est toujours très tentés.»

Dans la construction de leur maison de rêve, l'enseignante d'anglais au secondaire et l'ingénieur électrique ont été servis au niveau apprentissage. Un an de recherche a d'abord été nécessaire avant de penser à lancer concrètement les travaux de leur maison écologique en béton. Plusieurs critères doivent être respectés en vue d'obtenir une certification Leadership in Energy and Environmental Design (LEED).

«Ça demande une grande préparation, insiste Isabelle devant 'la Bible' qui a guidé leurs choix. Tu ne commences pas à te poser des questions une fois que tu as le marteau dans les mains! Nous n'y sommes pas allés aveuglément.»

Le couple a donc lu de nombreux livres et suivis différentes formations en vue de l'obtention de la certification. Est venu ensuite le moment de trouver l'entrepreneur et les nombreux corps de métiers mûrs pour entreprendre un tel chantier. «Nous avons été chanceux, car tous ont été prêts à jouer la game avec nous», souligne François, qui avec sa conjointe, a veillé à tous les travaux autres que la fondation de la charpente, l'électricité et une partie de la plomberie de leur future demeure. Le tout en n'hypothéquant aucunement les week-ends et les soirs de semaine réservés à la vie familiale. L'ingénieur a profité d'un congé sans solde de trois mois pendant lequel il travaillait 40 heures par semaine sur le chantier, comme s'il se rendait au boulot.

«Ça prend des gens qui collaborent!», ne cache pas Isabelle. Pas toujours évident, par exemple, de trouver des colles, peintures ou vernis sans composés organiques volatils (COV) ou encore des bois certifiés Forest Stewardship Council (FSC). Cet écolabel assure que la production de bois, ou d'un produit à base de bois, respecte les procédures qui garantissent la gestion durable des forêts.

«Par exemple, je suis super fière de mes portes, lance Isabelle, consciente du caractère loufoque de son affirmation. J'ai eu de la difficulté à les avoir, mais elles sont FSC et remplies de blé.»

Elle qui enchaîne les projets d'envergure regrette toutefois de voir que les gens doivent fournir, encore en 2015, autant d'efforts pour trouver des matériaux respectueux de l'environnement. Surtout dans les magasins à grande surface. «Les critères à respecter pour l'obtention de la certification LEED, ça devrait être la norme, dit-elle. Une chance qu'Internet nous aide à trouver des produits.»

«Nous ne sommes pas entièrement granos, mais nous avons toujours fait attention à l'environnement, fait remarquer la mère de deux jeunes filles. Moi, je ne gaspille pas de nature. Nous avions déjà ces qualités-là et nous sommes deux passionnés, alors...»

«Ce projet nous a poussés à aller encore plus loin dans le respect de l'environnement, ajoute-t-elle. Tout ça pour nos enfants. On espère aussi, par notre projet, inspirer d'autres gens.»

Histoire de partager son savoir, le couple a d'ailleurs alimenté un blogue tout le long des travaux, qui se poursuivent. «La maison est finie à 98%», souligne François. Ne reste qu'à terminer l'escalier qui en traverse les quatre étages.

Après, Isabelle et lui entendent construire un poulailler, toujours dans le souci de respecter l'environnement. De belles valeurs qu'ils souhaitent transmettre à leurs enfants. 

Retrouvez plus de détails dans notre copie papier.

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer