Monsieur PAP: une idée pas piquée des vers

Damien Beaudoin et Jean-Sébastien Laberge sont les deux... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Damien Beaudoin et Jean-Sébastien Laberge sont les deux hommes d'affaires derrière Monsieur PAP.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Invités au mariage d'un ami commun en 2013, Jean-Sébastien Laberge et Damien Beaudoin ont - bien malgré eux- volé le spectacle. Cherchant à se démarquer, les deux bricoleurs portaient fièrement les noeuds papillon en bois qu'ils avaient eux-mêmes fabriqués pour l'occasion. Le petit accessoire a fait fureur. Au fur et à mesure que les amis passaient leurs commandes, Monsieur PAP prenait doucement son envol.

Le bois fait partie de la vie des deux amis de longue date depuis longtemps. Jean-Sébastien, 31 ans, est ébéniste et Damien, 32 ans, est charpentier-menuisier. Tous deux mordus de mode, il ne leur en fallait pas plus pour profiter du retour en force du noeud papillon pour le transformer et lui donner leur propre couleur. «Pour le mariage, on ne trouvait pas ce qu'on cherchait, raconte Jean-Sébastien, père d'un petit garçon. J'avais du bois d'acajou. On a fait un croquis sur une planche... Finalement, on s'en est fait parler toute la soirée! Les gens nous demandaient si c'était du vrai bois. Ça fait jaser!» Aujourd'hui, Monsieur PAP propose neuf modèles de noeuds papillon disponibles dans20 essences de bois différentes. Comme les deux entrepreneurs sont des pères de famille (Damien a deux jeunes filles), ils fabriquent également des noeuds papillon format enfants pour les garçons et des pinces à cheveux pour les fillettes. Des accessoires faits à la main dans le garage de Jean-Sébastien, à Granby. C'est Gabriel Galipeau, un ami du duo créatif, qui veille, dans son atelier de Saint-Jean-sur-Richelieu, à la finition des produits. «Tout est allé si vite, qu'on n'a pas eu le temps de développer grand'chose, souligne Jean-Sébastien, en riant. Tous nos partenaires sont venus à nous. Nous avons la chance de travailler avec des gens passionnés, comme nous.» Sur-mesure Bien qu'il propose des modèles bien précis comme le Biggy, son meilleur vendeur, le Cabrio, le Skinny ou le Gentlemen, Monsieur PAP se spécialise dans le sur-mesure. Pour un noeud papillon ou une pince à cheveux, tous peuvent apporter leurs tissus et choisir dans quel bois l'accessoire prendra forme. Le morceau de tissu nécessaire n'a pas besoin d'être plus gros qu'un iPhone. Un seul noeud papillon demande en moyenne une heure et demie de travail. «La dernière fois que j'ai fait de la couture, c'était dans mon cours d'économie familiale au secondaire, lance Damien. Ça s'est développé avec le temps.» «Il n'y a pas de robots dans l'histoire, insiste Jean-Sébastien. On est des artisans. Chaque noeud passe entre nos mains.» «On prône vraiment le 'fait au Québec' et le 'fait à la main'», poursuit Damien. Même dans les essences de bois utilisées, les gars se font un devoir d'en offrir qui viennent d'ici, comme le peuplier, le noyer cendré ou noir et l'érable piqué. Tous des bois recyclés. Les essences plus exotiques, ils les achètent, comme l'acajou, le bamboo, le bocote, le teck ou le zebrano. «On veut garder la noblesse du bois, dit Damien. Avec le moins d'artifices possible.» Une approche qui ne les empêche aucunement de suivre les tendances pour produire leurs noeuds papillon qui ne pèsent qu'entre 30 et 35 grammes et qui semblent plaire aux hommes du domaine artistique. En 2014, Étienne Boulay, ancien joueur des Alouettes et animateur pour Les Testeurs à VRAK.TV, a porté un noeud de Monsieur PAP au Gala des prix Gémeaux. En février dernier, lors de son passage à SNL Québec, Alex Nevsky avait au cou un Biggy zebrano. À Granby, les produits de Monsieur PAP sont disponibles chez Jules Demers prêt-à-porter hommes/femmes, chez VVög et au Loupiot. Il est possible d'acheter en ligne via le monsieurpap.com ou sur sa page Facebook. Chaque noeud papillon se détaille 60$. Les pinces à cheveux, elles, sont 40$ chacune. Bien que le noeud papillon existe depuis près de 200 ans et que la mode le ramène en avant-plan en vague depuis, Monsieur PAP entend surfer sur celle-ci. «C'est un bon momentum, se réjouit Jean-Sébastien. On ne sent pas que ça s'essouffle.» «Et je pense que l'aspect costumized de nos produits, enchaîne Damien, c'est ce qui plaît aux gens.»

Abonnez-vous gratuitement au : http://ofsys.com/T/OFC4/CP/1075/ZXnv5XjM/OF/Inscription.ofsys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer