On dit quoi dans le showbizz?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
France Arbour

collaboration spéciale

La Voix de l'Est

Un show live, une toune, un band, le stage, mon spot, un standing ovation, j'ai été pluggué, les drums, un hit, testing, le set up...

Est-ce que tout ce beau monde a une langue anglaise musicale? Est-ce que ces mots existent en français? Est-ce que ces animateurs ou artistes seront les meilleurs dans cette langue venue d'ailleurs? Est-ce paresse, ignorance ou habitude?

Un peu de tout cela, je crois! Vous qui assistez aux spectacles et regardez la télévision êtes incapables de saisir un vocabulaire correct.

SHOW peut se traduire par représentation, spectacle, récital, concert, émission. Le show, tel qu'il est présenté aux USA et partout dans le monde, est un spectacle de grande envergure incluant jeux de lumières, danseurs, grand orchestre, costumes et tralala. Quelqu'un qui s'offre en solo ou encore avec quelques musiciens, ne peut qualifier sa prestation de show. Il lui faut un peu de modestie et présenter son travail tel un concert ou un récital ou encore un spectacle.

LIVE est «en direct». J'ai même déjà entendu un soir à la télévision française «en direct live!» Voilà un beau pléonasme, car c'est dire deux fois la même chose.

La TOUNE m'agace de plus en plus, surtout lorsqu'on parle d'une chanson de Brel ou de Vigneault. Notre langue nous offre un air, une mélodie, une chanson, un refrain.

Le BAND est un ensemble de plusieurs musiciens. On aura un duo, un trio, un quatuor, un quintet, etc. Il y aura aussi un ensemble, une harmonie, une philharmonie, un orchestre de chambre ou à vent, ou à cordes.

Le STAGE doit devenir la scène. D'ailleurs, ce n'était pas une invention américaine, car il y avait des scènes 550 ans avant J.-C. en Grèce.

Ton SPOT, cher artiste, est tout simplement ta place et c'est ce qui permettra à l'éclairagiste de souligner ton travail grâce aux réflecteurs, projecteurs, directionnels et autres effets lumineux.

L'artiste peut être PLUGGUÉ de deux façons: d'abord par un agent, un imprésario, un metteur en scène ou un mécène qui fait la promotion et favorise la carrière de quelqu'un, mais également par le technicien qui branche un microphone, un retour de son et des amplis afin d'être entendu par un plus grand nombre.

Les DRUMS sont des tambours ou encore une batterie.

Ton HIT ou ton succès sera obtenu même si la prise de son ou le contrôle de son est exécuté en français avec simplement Un, deux! Un, deux! Un, deux, trois!

Et ton SET UP se dit en langage correct installation ou plantation.

Lorsque la télévision ou un artiste vous parle, êtes-vous des correcteurs ou des avaleurs de sons anglais?

Cette chronique m'a été proposée par une musicienne, présidente de l'Harmonie de Granby, Priscille Lafontaine pour ne pas la nommer, qui tout comme moi, est dérangée par le nombre de jeunes se servant de ces termes pour exprimer leur métier artistique.

Nous vivons le Festival international de la chanson de Granby et j'aurais aimé être aux répétitions afin de saisir au vol tous les mots anglais de leur future profession que j'espère, un jour prochain, dans la langue de chez nous et non dans celle de nos voisins d'Amérique.

Si j'étais là, je corrigerais.

«Tu ne changeras pas le monde!», me redit souvent ma jeune soeur Monique. Je le sais. Je jette un grain de sel ou de sable dans le vaste océan des mots «maganés», «anglicisés», «mal articulés», «mal utilisés» et je réalise que je continue de défendre la langue qu'on m'a confiée.

Merci d'être au rendez-vous.

Le dire en français ne tuera jamais personne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer