Une erreur humaine pourrait être en cause

En point de presse mardi, le directeur général... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

En point de presse mardi, le directeur général du Zoo, Paul Gosselin, a mentionné qu'il y aurait eu un «vice » dans l'exécution des procédures habituelles.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) Une mauvaise manipulation dans l'ouverture des portes des quartiers des lions est l'hypothèse étudiée par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pour expliquer l'accident survenu lundi au Zoo de Granby. Il pourrait s'agir d'une erreur humaine.

Un inspecteur de la commission s'est rendu sur place lundi afin de faire la lumière sur les circonstances entourant le malheureux événement. Des témoins ont été rencontrés et d'autres le seront cette semaine. La travailleuse blessée sera aussi interrogée lorsque son état de santé le permettra.

«L'inspecteur va s'intéresser aux méthodes de travail, aux équipements, à la supervision des travailleurs, à la formation et à leur expérience de travail. Toutes ces facettes-là sont regardées», explique Nathalie Dufour, responsable des communications à la CNESST en Montérégie.

Porte ouverte

En point de presse mardi, le directeur général du Zoo, Paul Gosselin, a mentionné qu'il y aurait eu un «vice » dans l'exécution des procédures habituelles.

«C'est toujours des jeux d'ouverture de portes qui se font par des interventions manuelles avec des poulies (...), a-t-il expliqué. Tout porte à croire qu'il y avait une porte ouverte malencontreusement et que peut-être une vérification visuelle n'aurait pas été faite au préalable pour que le gardien se retrouve dans le même transfert», a-t-il expliqué.

L'intervention de l'inspecteur au Zoo a permis de valider que les procédures d'intervention en place auprès des animaux dangereux sont adéquates. Elles avaient d'ailleurs été vérifiées en 2013.

«Nous avons demandé à l'employeur des mesures de contrôle supplémentaires afin de s'assurer que les procédures en place soient encore plus sécuritaires et de réduire au minimum le risque d'erreur humaine», a précisé Nathalie Dufour. 

Des correctifs ont déjà été apportés pour s'assurer que toutes les procédures sont respectées par le personnel, ajoute la porte-parole. Selon M. Gosselin, des actions ont été entreprises mardi pour rassurer les gardiens dans l'exécution de leur travail avec les lions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer