Peu d'engouement pour les chefs «régionaux»

Ex-candidate de la populaire émission Les Chefs!, la... (Fournie)

Agrandir

Ex-candidate de la populaire émission Les Chefs!, la chef rougemontoise Émilie C. Brochu a attiré moins de curieux qu'espéré au Domaine Cartier-Potelle le samedi 17 septembre.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Rougemont) Coïncidant avec la période de pointe pour les artisans locaux de la pomme, les Week-ends gourmands de Rougemont ont pris fin sous la pluie dimanche après-midi. Sondés par La Voix de l'Est, plusieurs commerçants ayant accueilli un chef dans le cadre de la campagne disent être restés sur leur faim.

Les clients se sont présentés en grand nombre... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Les clients se sont présentés en grand nombre à la boutique du Domaine De Lavoie ces dernières semaines. Estelle Fraser n'est toutefois pas en mesure d'évaluer l'influence concrète des Week-ends gourmands sur l'achalandage.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Pour l'édition 2016 des Week-ends gourmands, la programmation de la campagne incluait la visite de six chefs dans la municipalité.

La Rougemontoise Émilie C. Brochu, de l'entreprise Loca chef, était l'invitée vedette au Domaine Cartier-Potelle le samedi 17 septembre. L'ex-candidate de la populaire émission Les Chefs! a toutefois attiré moins de curieux qu'espéré.

«Malheureusement, c'était assez tranquille, indique la copropriétaire Josée Cartier. Avec (le populaire chef) Daniel Vézina l'an dernier, on avait rempli la salle deux fois dans la même journée.»

Du côté du Domaine De Lavoie, Estelle Fraser estime qu'un manque de publicité et une mauvaise coordination ont nui au passage de Stéphane Camirand, du restaurant de l'Hôtel Holiday Inn Montréal-Longueuil.

«Il a été là de 11 h à 12 h 15. Mais nous, notre période forte est de 14 h à 17 h. Je ne sais pas ce qui s'est passé exactement», regrette Mme Fraser, qui est à la fois la femme et la mère des deux copropriétaires du domaine.

Même son de cloche au Coteau Rougemont, où le passage de François Pellerin a attiré tout au plus une dizaine de clients. «C'est un peu décevant...», reconnaît le préposé Charles Boudreau.

À vrai dire, Benoit Métivier est le seul à parler d'une expérience entièrement concluante. Chef du restaurant Chez L'Artisan à Saint-Mathias-du-Richelieu, Éric Bellemare était en visite au Verger Trois Pommes le samedi 24 septembre. «On avait un chef dynamique et très populaire dans les environs. Il a fait des trucs assez raffinés, et je crois que les clients ont apprécié», souligne M. Métivier.

Présidente de Tourisme Rougemont, Isabelle Robert explique que, contrairement à l'an dernier, l'organisation a choisi de miser davantage sur des chefs dits «régionaux».

«C'est peut-être ça que les gens ont ressenti. (...) On va discuter et voir si on doit modifier la formule l'an prochain», indique-t-elle.

«Pour nous, les chefs sont un complément. On veut que les Week-ends gourmands concernent tous les producteurs et les artisans à Rougemont.»

Souper reporté

Le report du souper-bénéfice qui devait réunir trois chefs au restaurant Les Quatre Feuilles samedi soir en a également déçu plus d'un. Organisé au profit de la Fondation Louis-Philippe Janvier et de la Fondation Honoré-Mercier, l'événement devrait avoir lieu au printemps 2017.

«Ce n'est pas une question financière, assure Mme Robert. On croyait que le moment était mieux choisi. On veut s'assurer que la soirée soit optimale pour s'assurer d'aider les fondations.»

Des impacts à déterminer

D'autre part, tous les artisans rencontrés s'entendent pour parler d'une saison fructueuse pour l'industrie de la pomme dans la région.

La direction du Coteau Rougemont avait d'ailleurs prévu certains ajouts pour la période faste des Week-ends gourmands, qui s'étendait du 10 septembre au 16 octobre. Le restaurant du commerce était alors ouvert et différents musiciens sont venus jouer pour les clients.

Pour d'autres producteurs, il est toutefois difficile d'identifier les retombées concrètes des Week-ends gourmands sur les ventes et l'achalandage.

«C'est sûr que le site internet et la page Facebook amènent de la visibilité et l'engouement. Mais en septembre, c'est notre mois le plus fort et j'aurais beaucoup de monde de toute façon», estime Marc-André Bourgeois, propriétaire du Verger La Vieille Grange.

«Si (la campagne) avait lieu plus tôt dans la saison, comme en juillet, on serait mieux en mesure de voir la différence», ajoute Estelle Fraser.

Pour sa part, Isabelle Robert souligne que l'objectif de la campagne est avant tout de créer un «circuit court» pour l'industrie agrotouristique de Rougemont. «On ne veut pas que les gens viennent seulement pour s'acheter un sac de pommes. On veut qu'ils goûtent les vins et les cidres, qu'ils découvrent les produits de la savonnerie, etc.»

Un nouveau volet artistique

Pour l'édition 2016, les organisateurs des Week-ends gourmands de Rougemont avaient ajouté un nouveau volet artistique à la programmation. Ainsi, des artistes de différentes disciplines ont pu chaque semaine faire montre de leur talent au bureau d'information touristique de la municipalité. Répondant favorablement à la suggestion d'un regroupement d'artistes de la région de Saint-Jean-sur-Richelieu, les copropriétaires du Domaine Cartier-Potelle tenaient quant à eux une exposition de photos de vendredi à dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer