Au débrébus

Partager

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Jadis, j'ai pensé comme plusieurs que je ferais un excellent informaticien. Il faut dire que j'étais un crack avec les bécanes de l'époque, i.e. le Vic 20 et le Commodore 64.

Pour ceux qui ne s'en souviennent pas ou n'étaient pas là, c'était des ordinateurs de la taille d'un gros clavier qu'on branchait directement dans la télévision, qui coûtaient les yeux de la tête et permettaient de réaliser des opérations extrêmement sophistiquées comme écrire, jouer à Pong ou multiplier 28 par 72.

C'était aussi la belle époque où on enregistrait des programmes non pas sur des disquettes rigides, ni même des disquettes souples, mais bien des cassettes audio. Je mettais la tite cassette dans le lecteur cassette branché à l'ordinateur, je pesais sur play et en même temps je devais faire une commande à l'ordinateur pour que le tout fonctionne.

En fait, ça ressemblait pas mal à la façon dont Richard Pryor active l'ordinateur «ultrapuissant» dans Superman III, un film que je recommande vivement, ne serait-ce que pour voir Christopher Reeve en Superman méchant à la fin, avec un costume rouge vin s'il vous plaît; c'est comme du bonheur en costume moulant. Mais je m'égare.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer