Le studio B-12 ouvre ses portes aux auteurs

Du 17 au 24 septembre, le studio B-12,... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Du 17 au 24 septembre, le studio B-12, à Valcourt, accueillera neuf auteurs pour une résidence créative hors du commun...

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Valcourt) Il accueillait de grands noms de la musique depuis quelques années déjà, voilà qu'il ouvre maintenant ses portes à la littérature. À compter de dimanche et pour sept jours, le studio B-12 à Valcourt hébergera neuf auteurs, réunis dans un huis clos sans précédent et selon un concept bien particulier qui inclut une chasse au trésor, une chambre d'artefacts et un recueil de nouvelles en devenir...

« Ils savent qu'ils [les invités] vont vivre une expérience, mais ils ne savent pas dans quoi ils s'embarquent... », laisse tomber, sourire en coin, l'instigateur et hôte de ce projet pour le moins inusité, Louis-Armand Bombardier.

Pour la première édition de cette résidence d'écriture, il a invité des gens de différents horizons : les auteurs Patrick Senécal, Isha Bottin, Sophie Bérubé, Ghislain Taschereau, Katherine Raymond, Éric St-Pierre et Marie-Eve Bourassa, ainsi que l'humoriste Michel Mpambara et l'actrice, scénariste et parolière Mouffe. Chacun d'eux devra, au terme de sa résidence d'une semaine en Estrie, livrer une nouvelle. Les neuf histoires seront ensuite réunies dans un recueil, qui sera publié au printemps prochain chez Québec Amérique, sous la direction littéraire de Stéphane Dompierre. « On veut créer une nouvelle collection, Les nouvelles de la rivière Noire », glisse M. Bombardier.

Pour tricoter leur récit, les neuf résidants seront appelés à s'inspirer de divers objets. « Chaque matin, ils seront invités à une chasse au trésor pour découvrir, cachés un peu partout dans la résidence, différents items qu'ils devront rapporter dans la 'chambre d'artefacts', explique Louis-Armand Bombardier. Ils devront ensuite s'inspirer de l'un ou l'autre de ces objets pour écrire leur nouvelle. »

« De jour en jour, les objets serviront de fil conducteur à leur histoire. Ils s'accumuleront dans la pièce au fil des jours, puis au fil des années - parce que je souhaite que ça devienne un rendez-vous annuel », ajoute-t-il.

Pour bien structurer son idée de base, l'instigateur du projet a fait appel au comédien et créateur de jeux Normand D'Amour pour la composition du décor de la chambre d'artefacts, ainsi qu'à sa bonne amie écrivaine et metteure en scène Véronique Marcotte, qui dirigera et coordonnera la semaine de retraite créative.

« Pôle créatif »

Malgré ses seulement trois ans d'existence, la réputation de la résidence et studio B-12 de Valcourt n'est plus à faire. Des artistes tels The Lost Fingers, Les Soeurs Boulay, Betty Bonifassi et Misteur Valaire, entre autres, y ont enregistré un album. « C'est un lieu atypique très inspirant pour la création. Il a une luminosité exceptionnelle, une ambiance super chaleureuse... », affirme son propriétaire.

Grand amateur d'art sous toutes ses formes, ce dernier, fondateur de la boîte de développement culturel L-A be (Let artists be), souhaitait ouvrir les portes de cette ancienne résidence familiale construite en 1960 par l'architecte de renom Jacques de Blois à d'autres volets que la musique. Cet été, le domaine de 19 acres a par ailleurs accueilli en résidence sa première artiste en arts visuels, la peintre Brigitte Matte. Des ateliers en interprétation scénique y sont en outre donnés en collaboration avec l'École nationale de la chanson de Granby.

« On dit que Valcourt est le pôle de l'ingéniosité à cause de Bombardier... Moi, je veux qu'elle (la ville) devienne également le pôle créatif », souhaite le petit-fils du célèbre inventeur Joseph-Armand Bombardier.

À en croire l'enthousiasme déjà palpable pour son projet Les nouvelles de la rivière Noire, c'est bien parti. « Déjà, j'ai des gens qui m'appellent pour me dire de mettre leur nom sur ma liste pour l'année prochaine ou les suivantes », se réjouit M. Bombardier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer