Le Festival de la chanson, prise 2

Pierre Guitard était l'un des demi-finalistes au Festival... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Pierre Guitard était l'un des demi-finalistes au Festival de la chanson de Granby en 2014. Il est de retour cette année, et espère cette fois voir son parcours se poursuivre jusqu'à l'étape ultime.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

Trois ans après un premier passage au Festival de la chanson, Pierre Guitard est de retour à Granby. Si en 2014 son parcours s'était arrêté en demi-finale, le Néo-Brunswickois ne cache pas son désir de se rendre à l'ultime étape cette fois.

« C'est clair que je n'ai pas fait toutes ces démarches pour ne pas aller plus loin », laisse-t-il tomber. 

Le diplômé de l'École nationale de la chanson avait bien fait, en 2014. Mais il manquait d'expérience, admet-il lui même. « J'ai un peu été garroché en demi-finales parce que j'avais gagné Caraquet. D'ailleurs, je ne voulais pas gagner Granby parce que je ne savais pas ce que j'aurais fait de tous ces prix. Je ne savais pas encore trop où je m'en allais. Mais là, c'est moi qui ai décidé de m'inscrire. J'ai passé par tout le processus, les auditions et tout. J'ai refusé pas mal de shows pour être ici. Et je le sais en maudit ce que je ferais avec [les prix] ! »

Entre ses deux Festivals, l'auteur-compositeur-interprète au rock fortement teinté de folk - ou vice versa - a pris du gallon. « J'ai pris du recul. J'ai trouvé mon son, ma vision, ma démarche artistique est plus claire, j'ai appris qui je suis sur scène... Je ne suis pas 'over confident', mais j'ai travaillé fort, et cette année, gagner à Granby, ça ferait du bien dans mon parcours », dit celui qui nous revient avec une proposition « plus pop, plus ambiant, avec davantage d'arrangements de claviers ».

Occupé

Depuis 2014, Pierre Guitard a fait beaucoup de choses, mais il n'a pas tenté sa chance à d'autres concours. « J'étais trop occupé pour les concours », glisse-t-il.

Il a donné 100-150 shows, dont un aux Francofolies cet été, a sorti un premier album, La tige et la racine au printemps 2016, et a été cogner aux portes de l'autre côté de l'Atlantique. L'artiste de 24 ans revient d'ailleurs à peine d'une petite tournée d'un mois en France.

« Mais j'ai quand même décidé de m'inscrire à nouveau à Granby parce que je trouvais ça absurde d'être connu au Nouveau-Brunswick et en Europe, mais de ne pas arriver à percer la coquille du Québec qui me permettrait de vivre de ma musique », affirme celui qui est en préparation d'un prochain album.

Son plan de match pour vendredi soir, sa soirée de demi-finale ? « Il faut que je fasse mon show à moi. Au début, on veut tous impressionner, et on pousse parfois un peu trop la note. Là, je sens que je n'ai pas besoin de me pavaner pour me faire valoir. Je dois juste être moi-même. À vrai dire, je ne suis pas en mode concours comme la dernière fois, plus en mode vitrine. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer