Coup d'envoi du 49e FICG

Mégane Cyr s'arrête fréquemment à Granby pour chanter.... (Janick Marois)

Agrandir

Mégane Cyr s'arrête fréquemment à Granby pour chanter.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Aucun candidat local à proprement parler n'est de la 49e cohorte du Festival de la chanson de Granby, qui prend son envol ce mercredi avec la première soirée de demi-finales. Certains noms vous sembleront peut-être toutefois familiers puisqu'ils n'en seront pas à leurs premiers faits d'armes dans la région. Tom Chicoine et Mégane Cyr, tous deux originaires de la grande région de Saint-Hyacinthe, s'arrêtent fréquemment chez nous pour se produire en spectacle. La Voix de l'Est s'est entretenue avec eux quelques heures avant qu'ils ne montent sur la scène du Palace.

Aucun candidat local à proprement parler n'est de... (La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

La Voix de l'Est

Un projet qui se précise pour Mégane Cyr

Dans son dépliant présentant les demi-finalistes, il est écrit que Mégane Cyr est originaire de Montréal­. « C'est une erreur, j'habite la métropole depuis cinq ans, mais je viens de Saint-Hyacinthe­ », corrige-t-elle timidement au bout du fil. La jeune auteure-compositeure-­interprète de 22 ans est néanmoins très familière avec Granby puisqu'elle s'y arrête fréquemment pour chanter. « Ma famille travaille à Granby et je suis souvent chez vous. »

Elle ose néanmoins croire qu'elle présentera quelque chose d'un peu différent de ce qu'on connaît d'elle. Qu'elle a, surtout, « acquis de l'expérience depuis juin dernier », moment où les formations ont commencé auprès des demi-­finalistes du 49e FICG. « Je dirais que j'assume plus mon projet », dit-elle.

Son projet, il a débuté il y a plusieurs années déjà, mais s'est précisé avec la sortie, fin 2015, de son premier EP, Fusion malsaine. L'extrait-titre du mini-album lui a d'ailleurs valu le titre d'Artiste du mois Rouge FM en février 2016. « Après, ça a bougé pas mal », reconnaît-elle.

Elle a remporté les concours Chante en Français et Musiqualité en tant qu'auteure-compositeure-interprète, a assuré les premières parties de Marie-Pierre Arthur et de Pierre Lapointe aux Îles-de-la-Madeleine et a récemment passé les auditions pour la prochaine saison­ de La Voix.

Si elle ne s'attendait pas à gagner son laissez-passer pour les demi-finales du Festival de la chanson de Granby, « le plus gros concours auquel j'ai participé », elle se dit super contente, mais nerveuse. « Quoiqu'à mes yeux, ce n'est pas tant une compétition qu'un tremplin­ », relativise-t-elle.

Mégane Cyr est également à préparer un deuxième EP pour cet automne. « À saveur plus pop soul alternative que pop rock, comme mon premier », précise-t-elle.

Un premier extrait, T'écrire, est d'ailleurs déjà disponible. Elle l'interprétera en demi-finale, ce mercredi soir, en plus de deux chansons tirées de son premier EP « réarrangées à ma saveur du jour pour qu'elles soient plus actuelles », laisse-t-elle entendre.

Tom Chicoine brisera la glace de la deuxième... (Janick Marois) - image 2.0

Agrandir

Tom Chicoine brisera la glace de la deuxième soirée de demi-finales, jeudi.

Janick Marois

Une expérience différente pour Tom Chicoine

Tom Chicoine s'est promené pas mal dans la région cet été. Les Découvertes estivales Tanger à Bromont, les Mercredis chauds de Waterloo ainsi que le pub MacIntosh­ et le piano public de l'église St-George à Granby l'ont tous quatre accueilli à un moment ou à un autre. Loin de lui ajouter une pression supplémentaire, cette « familiarité » lui fait toutefois vivre l'expérience du Festival de la chanson différemment des autres candidats, dit-il.

« Granby, je la connais bien. J'y ai plein d'amis, j'y viens souvent et le Palace, je sais c'est quoi, affirme celui qui habite Saint-Dominique. Tout ça fait en sorte que j'ai moins l'effet-surprise que d'autres candidats qui sont moins familiers avec la ville. D'un autre côté, aller coucher chez nous tous les soirs, c'est l'fun. Et puis, je redécouvre quand même la région d'un autre oeil. »

Sa surprise à lui, reprend-il, il l'a surtout eue en apprenant qu'il était retenu parmi les 24 demi-finalistes de cette année. « Mon audition ne s'était vraiment pas passée comme je voulais. Je n'avais pas offert la performance dont je rêvais. J'étais en plein concours de Ma première Place des arts, on m'avait donné plein de conseils et j'avais essayé de les appliquer dans ce qui s'avérait être la seule opportunité de le faire devant public avant la finale. Mais j'étais plus ou moins à l'aise avec ça, donc ça s'était mal passé », raconte le rockeur de 26 ans.

Il faut croire que ce ne devait pas être si terrible puisque, même s'il n'a pas remporté sa Première Place des Arts, les juges du Festival de la chanson l'ont retenu pour ses demi-finales 2017. « C'est drôle parce qu'autant pour Ma première Place des arts que pour le Festival de la chanson, j'ai choisi de faire les auditions en formule guitare-voix et ça a marché. J'avais fait plusieurs autres auditions pour des concours avant, avec mes musiciens, et ça ne débouchait pas. Peut-être que cette formule-ci donne plus de liberté aux juges pour imaginer les arrangements des tounes... », avance celui qui a sorti un premier album, L'air des machines, en avril 2016.

Rassurez-vous, c'est toutefois en formule full band qu'il brisera la glace de la deuxième soirée de demi-finales, jeudi.

Lou-Adriane Cassidy et Marc-Antoine Beaudoin sont les premiers... (Janick Marois) - image 3.0

Agrandir

Lou-Adriane Cassidy et Marc-Antoine Beaudoin sont les premiers ex-candidats du volet Jamais trop tôt à faire les demi-finales du Festival de la chanson.

Janick Marois

De Jamais trop tôt aux demi-finales

Les noms de Lou-Adriane Cassidy et de Marc-Antoine Beaudoin vous disent peut-être quelque chose. C'est qu'en 2014 et 2015, respectivement, les deux jeunes avaient participé à Jamais trop tôt du Festival de la chanson. Cette fois, ils reviennent à Granby par la grande porte, alors qu'ils se retrouvent parmi les 24 demi-finalistes de la 49e édition. Ils deviennent ainsi les deux premiers ex-candidats du volet destiné aux 14-17 ans à faire les demi-finales du concours principal.

« Ça, ça me fait plaisir. Ça veut dire qu'on leur a donné la piqûre ! » se réjouissait Pierre Fortier, en juin, lors du dévoilement des candidats retenus, toutes catégories confondues.

Effectivement, c'est en partie à Granby que les talents des deux jeunes auteurs-compositeurs-interprètes d'aujourd'hui ont germé. « C'est ici que j'ai chanté pour la première fois », se rappelle Marc-Antoine.

Depuis, tout a déboulé pour le rocker « folk pop » de Thetford Mines. Il a été sacré lauréat du Tremplin de Dégelis, de Trois-Pistoles en Chanson puis de Ma première Place des Arts, a été vu à Belle et Bum puis aux Francofolies. Il a même été approché par quelques maisons de disque, confirme-t-il, sans que rien soit encore officiel. Un album est néanmoins prévu pour 2018, laisse-t-il entendre.

Après autant d'honneurs en si peu de temps, sent-il de la pression à remporter Granby ? « J'essaie de ne pas me donner cette pression-là. Ça reste un concours, avec une part de subjectivité. Ne pas gagner ne veut pas dire que ce que tu fais n'est pas bon. C'est juste qu'un autre a plu davantage aux juges devant toi », répond-il, terre à terre.

Le Festival de la chanson de Granby pourrait cependant être son dernier concours, mentionne le jeune homme de 19 ans. « Je vais peut-être tenter ma chance aux Francouvertes, mais je suis pas mal en fin de parcours. Après, je me lance pour voler de mes propres ailes. »

Lou-Adriane Cassidy pourrait bien elle aussi boucler la boucle à Granby. D'interprète, elle est passée à auteure-compositeure-interprète après son passage à La Voix IV, où elle a été sous l'égide d'Éric Lapointe. « Je suis vraiment à développer mon propre projet personnel, mes chansons originales. Et Granby, c'est vraiment la cerise sur le sundae. C'est l'fun quand tu commences un projet de voir que les gens embarquent, qu'il y a une réponse positive et enthousiaste », dit celle qui a notamment remporté de nombreux prix à Petite-Vallée récemment et s'est taillé une place au Festival d'été de Québec. « Ça fait à peine deux mois que j'ai commencé à jouer mes propres compositions », glisse l'artiste folk alternatif dans le détour.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer