• La Voix de l'Est > 
  • Arts 
  • > Un «peintre visionnaire» séduit le public et le jury à Waterloo 

Un «peintre visionnaire» séduit le public et le jury à Waterloo

Le symposium Waterloo et l'art d'aimer a connu... (Alain Dion)

Agrandir

Le symposium Waterloo et l'art d'aimer a connu du succès, malgré un samedi moins achalandé en raison des averses tombées sur la région.

Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Waterloo) Les 53 artistes réunis au symposium Waterloo et l'art d'aimer ont attiré bien des regards, ce week-end. Si les averses ont refroidi les ardeurs des visiteurs samedi, le Carré Foster était bondé, dimanche.

« On est très contents de la fin de semaine, a commenté la présidente de l'événement, Cécile Hamel. Samedi, on a eu de la pluie vers 15 h, donc on a pu vaquer à nos occupations. Dimanche, c'était vraiment exceptionnel. On a eu beaucoup de gens qui sont passés et tout le monde appréciait le travail des artistes. »

L'achalandage est, au final, similaire aux années passées, mais en plus condensé pour la deuxième­ journée du symposium d'art visuel.

Trois prix du jury et un prix coup de coeur du public ont conclu l'événement. Thierry Seurre, de Longueuil, et Claude Melançon, de Blainville, ont tous deux reçu un prix décerné par le jury selon plusieurs critères. 

Double coup de coeur

La palme revient toutefois à Gabriel Lavoie qui, en plus d'être récompensé par le jury, a été le coup de coeur du public.

« C'est sûr qu'on est toujours très heureux, a affirmé l'artiste-peintre de Terrebonne en entrevue. J'ai rencontré beaucoup de monde, j'ai eu beaucoup de beaux partages avec les gens. »

Les visiteurs qui ont pris le temps de s'attarder sous son chapiteau, raconte-t-il, lui ont confié être touchés par son travail et par la lumière qu'il met dans ses tableaux. 

« Je fais des choses qui sont à la fois poétiques et spirituelles. Je peux faire autant du portrait que du paysage. Peintre visionnaire, c'est comme ça qu'on me nomme ; c'est le mot ce qui se rapproche le plus de ce que je fais. Par exemple, je peux me réveiller la nuit avec des images, des symboles qui me font voir de futurs tableaux. » L'artiste prend alors des notes sur ces images et, au matin, les consulte à nouveau pour s'en inspirer. 

Son talent de portraitiste a été particulièrement mis en valeur durant le symposium. Gabriel Lavoie a peint, devant public, le portrait de quelqu'un qu'il a connu à Cap Santé, près de Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer