The Franklin Electric à La Grosse lanterne

The Franklin Electric précédera sur scène Charlotte Cardin... (fournie)

Agrandir

The Franklin Electric précédera sur scène Charlotte Cardin lors de la première soirée du festival La Grosse lanterne, à Béthanie le week-end prochain.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Béthanie) « Malheureusement, nous vivons dans une période où la santé mentale est malmenée par l'anxiété, la dépression, les réseaux sociaux, les pressions sociales. C'est devenu épidémique. Nous n'avons jamais eu autant besoin de retrouver une paix d'esprit, de nous abandonner, de renouer avec la beauté d'écouter sa voix intérieure pour simplement suivre le cours de sa vie. »

Le chanteur de The Franklin Electric parlait ainsi en entrevue avec La Tribune, ce printemps, en marge de la sortie du second album de la formation, Blue Ceilings. C'est à ce même « rendez-vous avec soi-même », à cette « essentielle connexion avec l'essentiel » que le groupe a l'impression de convier le public avec son passage à Béthanie­, vendredi prochain, dans le cadre du festival en plein air La Grosse lanterne.

« On est justement à s'informer sur la vibe de l'événement, et on a vraiment très hâte, mentionnait cette semaine Jon à La Voix de l'Est. C'est toujours très spécial de jouer dans la nature, entourés d'arbres. D'autant plus que notre musique fitte très bien dans le décor. L'ambiance est unique, on retrouve des vibrations qu'il n'y a pas ailleurs, dans d'autres contextes de spectacles. »

Liam Killen, Martin Desrosby, Alexis Messier et lui n'en seront pas à leur première expérience du genre. « On a un peu vécu ça à Guelph, en Ontario, dernièrement, et aussi en Australie [ndlr : où ils étaient en début d'année et où ils ont notamment donné un spectacle dans une grange ! ] » Mais ils assurent que c'est une belle façon de présenter un dernier spectacle au Québec avant de faire un saut de deux semaines en Suède et au Danemark, où ils donneront six prestations.

« On est allés au Danemark il y a deux mois et on a reçu un très bel accueil, raconte celui qui signe paroles et musiques de The Franklin­ Electric. C'est vraiment intéressant comme pays et c'est l'un des endroits au monde où il se fait le plus d'écoute de musique en streaming. »

« Tranquillement, on se fait des petits publics un peu partout sur la planète », ajoute-t-il.

En plus de l'Australie et du Canada, l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche et la France sont déjà tombées sous le charme du quatuor folk - qui s'approche davantage de l'indie-pop et de l'indie-rock avec Blue Ceilings­, comparé à son précédent opus, This is how I let you down (2014).

Le titre de l'album, « Plafonds bleus » en traduction littéraire, se veut une métaphore pour le ciel au-dessus de nos têtes. « C'est une représentation à la fois de la liberté qui nous est offerte et des limites qui nous sont imposées, et ça appelle chacun de nous à trouver ce sentiment de liberté à travers et malgré ces limites, qu'elles soient physiques, financières ou émotionnelles », explique celui qui joue également du piano.

Les spectateurs pourront pousser la réflexion un peu plus loin vendredi prochain, alors que The Franklin Electric précédera sur scène Charlotte Cardin lors de la première soirée du festival La Grosse lanterne. En pleine nature, on le rappelle... sous de Blue Ceilings.

Plus de détails et des billets en vente au www.grosselanterne.com.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer