Francine Potvin à bord de l'expédition maritime Canada C3

L'artiste visuelle Francine Potvin a été choisie pour... (Julie Catudal)

Agrandir

L'artiste visuelle Francine Potvin a été choisie pour prendre part à l'une des 15 étapes de l'expédition en mer Canada C3.

Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Farnham) Du 22 au 29 juillet prochain, ne cherchez pas Francine Potvin. L'artiste naviguera en mer du Labrador, quelque part entre les villages de Nain, à Terre-Neuve-et-Labrador, et Iqaluit, au Nunavut. Bienvenue au coeur de l'expédition maritime Canada C3, un projet spectaculaire mis sur pied pour célébrer les 150 ans du pays. Et une occasion unique que Mme Potvin n'avait pas l'intention de rater.

« Je me sens très privilégiée d'avoir été retenue. C'est plaisant de voir que notre travail est apprécié », explique la céramiste, graveuse et enseignante de Farnham.

Elle et quelques autres artistes ont été choisis parmi près de 500 candidats. Au total, on estime qu'environ 5000 Canadiens - des artistes, des scientifiques, des jeunes, des journalistes, des aînés, des historiens - ont tenté leur chance pour faire partie de Canada C3, l'un des projets « signature » du Fonds Canada 150. 

Parti de Toronto le 1er juin, Polar Prince, un ancien brise-glace de la Garde côtière canadienne, explorera le Canada durant 150 jours, à raison de 15 étapes et en longeant les trois côtes qui bordent le pays. L'aventure prendra fin à Victoria­, en Colombie-Britannique, le 28 octobre. 

Sixième étape

Depuis son départ, Canada C3 a emprunté le fleuve Saint-Laurent, faisant des arrêts au Québec et dans les provinces maritimes. Mardi, le navire et son équipage avaient atteint St-John's, Terre-Neuve.

Le segment que parcourra Francine­ Potvin est la sixième des 15 étapes du voyage. Le lieu historique d'Hébron, le parc national des Monts-Torngat, la baie Ramah... Ce ne sont que quelques sites que la dame visitera durant sa semaine à bord du Polar Prince. 

Et elle a très hâte. « C'est un très beau voyage et je remercie Canada C3 pour cette opportunité unique. Je ne suis jamais allée dans cette partie du pays. J'ai bien hâte de voir ! »

Outre le personnel du brise-glace, Mme Potvin prévoit qu'une dizaine d'autres Canadiens vivront l'expérience avec elle à la fin juillet.

Pourquoi pas ?

Chargée de cours à l'université Concordia, Mme Potvin a d'abord parlé du projet Canada C3 à ses étudiants, avant de se rendre compte qu'elle pouvait aussi s'inscrire. « Je me suis dit : pourquoi pas moi ? J'aime les voyages, j'aime découvrir de nouveaux paysages et rencontrer les gens », dit-elle. 

Pour soumettre sa candidature, elle a enregistré une vidéo de deux minutes et présenté un texte, en concentrant son propos sur l'environnement, un thème qui lui tient à coeur. Mordue de nature, elle crée d'ailleurs beaucoup d'estampes à partir de plantes adventices.

En acceptant l'invitation, elle s'est engagée à produire à son retour au moins une oeuvre tirée de sa participation à ce périple. Le fait de côtoyer les scientifiques à bord et de prendre de nombreuses photos des lieux qu'elle foulera devrait suffire à lui insuffler une bonne dose d'inspiration, croit-elle.

Francine Potvin est tout à fait consciente que ce voyage « n'a rien à voir avec une croisière dans les Caraïbes ». Le gîte, le couvert, le transport aérien et les activités seront aux frais de Canada C3, mais le confort y sera rudimentaire et il faudra « s'habiller en hiver ».

« Je ne suis pas nerveuse. Ma seule crainte, c'est d'avoir le mal de mer. J'espère qu'elle sera calme... »

On peut suivre la progression du navire sur le site www.canadac3.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer