Les finissants de l'École nationale de la chanson en vedette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Après avoir trimé dur, appris, créé et partagé mille et une expériences durant dix mois intensifs, les finissants 2017 de l'École nationale de la chanson de Granby n'ont qu'une envie : chanter devant le plus de monde possible.

Après les Labos présentés en mars dernier à la Maison de la culture de Waterloo, les voilà prêts à présenter leur grand spectacle de fin d'études à l'auditorium du cégep de Granby le 7 juin et à L'Astral de Montréal le lendemain. 

Les 16 auteurs-compositeurs-interprètes sont en pleine répétition depuis quelques semaines pour montrer ce qu'ils ont dans le ventre. « C'est une super cohorte, artistiquement et humainement. Le niveau était très fort cette année ; tout le monde s'est rendu jusqu'à la fin. Quelques-uns vont percer, c'est certain », laisse entendre le grand manitou de l'École nationale de la chanson de Granby, Bruno Robitaille.

« Ça va être un super bon spectacle, avec l'univers de chacun, un band de feu... et Philippe Brach comme artiste invité ! », ajoute-t-il.

Les deux soirs, le public pourra se laisser bercer - ou brasser ! - par une composition originale de chaque artiste, des chansons de groupe, dont quatre de Philippe Brach, et une surprise, nous dit-on.

Sur scène, les artistes seront accompagnés des musiciens professionnels Christian Martin, Karl Surprenant, Marc-André Larocque et Jean-Luc Éthier.

La fin de quelque chose

Autant ils sont impatients de présenter le fruit de leur travail, autant les finissants doivent accepter de tirer un trait sur leur passage à l'École de la chanson. 

Après cette aventure aussi condensée que forte en émotions, les adieux ne seront pas faciles. « On ne veut pas que ça finisse ! », lance la Montréalaise Marie-Ange Crochetière, qui décrit son style musical comme « folk pop joyeux ». 

La jeune femme confie avoir vécu à l'École une (presque) année « remplie de rencontres, de partages, de prises de conscience et de prises de confiance ». « Ç'a été un appel du coeur pour moi. Et c'est le meilleur tremplin que je pouvais avoir. »

Inscrit à la dernière minute grâce à un heureux concours de circonstances, Oliver Mitchell ne regrette pas une seconde son passage à Granby. « C'est tombé du ciel », raconte le Montréalais qui cherchait une formation englobant tous les aspects de l'industrie musicale. Il semble non seulement ravi de ce qu'il a appris, mais également convaincu d'être sur la bonne voie. 

« Je suis en pleine mutation. Je me cherche un son plus rock nord-américain, avec un mélange de roots », confie le musicien originaire d'Haïti.

Pour entendre de quoi il en retourne, suffit de mettre le 7 ou le 8 juin à l'agenda...

Une nouveauté

Après 18 ans d'existence, l'École nationale de la chanson de Granby cherche sans cesse à se renouveler.

Bruno Robitaille indique qu'en plus de la formation de dix mois, l'établissement - dont les locaux sont nichés dans le cégep de Granby - offrira bientôt des ateliers de perfectionnement d'une semaine aux artistes, peu importe qu'ils soient amateurs ou professionnels.

Envie d'y aller ?

Quand : le mercredi 7 juin à 19h30

Où : auditorium Desjardins du cégep de Granby

Billets : 450-405-4422. Il sera aussi possible de s'en procurer à la porte le soir du spectacle. 

***

Quand : le jeudi 8 juin à 19h30

Où : L'Astral de Montréal

Billets : ticketmaster.ca ou 1-855-790-1245




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer