Quand Etsy sort du monde virtuel

L'artiste à l'origine de ce premier événement Etsy... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'artiste à l'origine de ce premier événement Etsy des Cantons-de-l'Est, Vera Stroebele-Trudeau

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Pour la première fois dans la région, le site de vente en ligne Etsy sort du monde virtuel pour aller à la rencontre des consommateurs, en chair et en os. Au Salon Printemps 2017, ce week-end, il sera enfin possible de voir, toucher et même sentir les oeuvres d'une trentaine d'artistes et d'artisans d'ici.

À l'origine de cette première vitrine Etsy des Cantons-de-l'Est, il y a Vera Stroebele-Trudeau­, joaillière/bijoutière de Philipsburg. 

Depuis cinq ans, la jeune femme organise des pop-up shops de Noël à Bedford mettant en vedette des créateurs du coin. Un intérêt qui ne date pas d'hier. 

« J'ai grandi auprès de parents qui appréciaient vraiment les arts de la région. C'était très important pour eux. À la maison, il y avait de la vaisselle en poterie, des tableaux, des foulards faits par des artistes et des artisans des environs, raconte-t-elle. J'ai grandi en côtoyant ces gens ; j'avais donc déjà une base dans cette communauté. » 

Familière avec la plateforme Etsy - elle y vend ses bijoux depuis deux ans - Mme Stroebele a toutefois réalisé, en novembre dernier, que ce concept demeurait méconnu dans les Cantons-de-l'Est. Et ce, même si nombre d'artistes y avaient leur boutique en ligne. 

« On connaît Etsy Montréal, Etsy Québec et Etsy Montérégie, mais pas les Cantons-de-l'Est. Je trouvais­ ça un peu absurde. » 

Sa nature fonceuse aidant, Vera a spontanément lancé la page Facebook « Etsy Cantons de l'Est »  pour faire connaître les artistes Etsy de la région, en leur offrant une visibilité supplémentaire. L'impact n'a pas tardé à se faire sentir. Aujourd'hui, plus de 1000 personnes sont abonnées à la page. 

Cet engouement l'a convaincue de la pertinence de créer le Salon Printemps 2017. « J'ai fixé la date en espérant attirer une vingtaine d'artistes. J'en ai sollicité plusieurs, d'autres se sont proposés. Il y aura finalement 30 exposants cette année, afin que tout le monde puisse être à l'aise dans l'espace que j'ai loué » , explique celle qui a choisi de tenir ce premier événement dans une partie de l'érablière La Grillade à Saint-Alphonse-de-Granby. 

Et qu'est-ce qu'on y verra ? « Plein de choses ! Des doudous pour enfants, des bijoux de résine, des boîtes à lunch, des ustensiles de bois... » , énumère-t-elle succinctement. Ajoutons à cela des meubles recyclés, des terrariums, des savons, des enseignes de bois et une foule d'autres créations « 100 % locales » .

« Pour les exposants, c'est une belle visibilité. Ça leur permet également d'établir des contacts et de se réunir entre eux. La clientèle, elle, peut rencontrer en personne les créateurs. C'est vraiment un essai, mais j'aimerais bien accueillir­ 500 personnes­ par jour. » 

Vera Stroebele-Trudeau rappelle que les événements Etsy sont à la fois « raffinés et modernes » . « Sur Etsy, on suit les tendances, on voit ce qui se fait partout dans le monde. C'est unique. »

C'est quoi, Etsy ?

Fondé en 2005 à New York, Etsy est une plateforme mondiale de commerce en ligne où on ne trouve que des articles faits à la main, des objets vintage et des fournitures créatives.

Le modèle économique d'Etsy permet aux créateurs et aux collectionneurs de faire des affaires à leur rythme, en ne perdant pas de vue l'importance de « renforcer les communautés et de valoriser les individus » . 

Elle attirerait 1,8 million de vendeurs et 29 millions d'acheteurs à travers la planète.

Envie d'y aller ?

Quoi : Salon Printemps 2017

Quand : le samedi 20 mai de 10h à 17h et le dimanche 21 mai de 10h à 18h

Où : Érablière La Grillade, sortie 68 de l'autoroute 10

L'entrée est gratuite

Les «Bracel'essence» sont composés en partie de pierres... (Janick Marois, La Voix de l'Est) - image 4.0

Agrandir

Les «Bracel'essence» sont composés en partie de pierres naturelles, en partie de pierre volcanique d'Islande.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Des bracelets qui sentent bon

Vera Stroebele-Trudeau fabrique des bijoux depuis 15 ans. Sa petite compagnie, simplement baptisée BVSJ, propose depuis janvier dernier des bracelets uniques en leur genre. Ses «Bracel'essence» sont composés en partie de pierres naturelles (jaspe, oeil-de-tigre, lapis-lazuli, pyrite, etc.), en partie de pierre volcanique d'Islande. 

Avec chaque bracelet vient une petite fiole d'huile essentielle concoctée par Zayat Aroma de Bromont. «Il y a 34 styles de bracelets - joie, énergie, relax... -, chacun associé à une huile. À l'aide du petit pinceau intégré, on applique l'huile sur les pierres volcaniques et l'odeur est diffusée durant quelques jours » , explique l'artiste, en confiant qu'à sa connaissance, un tel concept n'existe pas ailleurs. 

Cette nouvelle collection est offerte dans quelques boutiques de la Rive-Sud de Montréal et sur Etsy, bien entendu. Elle en profitera pour la présenter au public lors du Salon Printemps 2017 ce week-end.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer