10 voyages, 10 films, 10 ans

La Bromontoise Mimi Tremblay dévoilera son premier long... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

La Bromontoise Mimi Tremblay dévoilera son premier long métrage d'une série de dix, Nomades, le samedi 20 mai prochain à l'hôtel Beatnik.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

« Voyager, c'est partir à la découverte de l'autre. Et le premier inconnu à découvrir, c'est vous », affirme la référence mondiale des photographes voyageurs, Oliver Föllmi. C'est exactement cette vision du voyage qui a donné la piqûre des dépaysements à Mimi Tremblay et qui continue de la motiver à « aller voir ailleurs ». De cette pulsion est né le projet des Films Oiseau de nuit, qui vise à réaliser 10 longs métrages, basés sur 10 voyages autour du monde, échelonnés sur 10 ans.

Le premier film, Nomades, sera dévoilé au public le 20 mai prochain, lors d'une projection à l'hôtel Beatnik de Bromont. Tourné en septembre dernier, il revisite le road trip américain à travers 28 États. « C'est un rêve d'adolescente que j'ai réalisé, affirme la Bromontoise de 29 ans. Ça m'a aussi permis de valider si je voulais­ faire ça pendant 10 ans. »

Son verdict : oui. « J'ai vu des paysages à couper le souffle, rencontré des gens inspirants, senti l'adrénaline de capter le moment présent... C'était vraiment intense », raconte celle qui a parcouru 16 823 kilomètres­ en 35 jours.

Mariant l'entrevue, le vidéoclip et le sketch, son long métrage nous amènera à « voir du pays et rencontrer des mouvements marginaux et des entrepreneurs inspirants qui cherchent à vivre leur vie autrement dans ce pays tout en contrastes, avec ses parcs nationaux protégés et ses grandes villes démesurées ».

Mais Nomades, c'est surtout le point de départ d'une folle aventure, en même temps que le premier chapitre d'un récit de vie, d'une réflexion philosophique sur soi, sur le monde, sur l'autre, sur le voyage. « Ce voyage m'a permis de me découvrir autrement. Avec ce premier film, je voulais installer des bases solides pour la suite, montrer qui je suis et ce qui m'amène, me motive à faire ce projet­ », dit-elle.

La piqûre

C'est à 20 ans, lors d'un périple dans l'Ouest canadien, que Mimi Tremblay a eu la piqûre du voyage. « C'était mon premier trip, dit-elle. Et j'ai trouvé ça tellement beau, tellement grandiose que je me suis dit que s'il y avait ça dans mon propre pays, il fallait absolument que j'aille voir ailleurs ce qu'il pouvait y avoir. »

Cette révélation l'a ensuite amenée en Australie, où elle a séjourné un an. « Je n'avais aucun plan, je voulais juste vivre le moment présent. C'est finalement l'année où j'en ai appris le plus sur moi-même. C'est un des voyages les plus significatifs que j'ai faits », indique-t-elle.

Une autre expédition qui l'a marquée est celle qu'elle a faite au Pérou, sur le trek du Chemin de l'Inca. « Juste respirer, c'était difficile. C'est là que j'ai appris la persévérance, et que j'ai réalisé le pouvoir de la force du mental sur nos décisions quotidiennes. »

Ces trois voyages l'ont convaincue de marier ses deux passions, le cinéma - domaine dans lequel elle a étudié et travaillé quelques années - et les voyages, et de mettre sur pied son propre projet, dit-elle.

Le Canada, un incontournable

Après Nomades viendra Repères, long métrage sur lequel Mimi Tremblay planche déjà depuis quelques semaines. Cette fois, c'est le Canada qu'elle parcourra d'est en ouest et du nord au sud. « Pour moi, c'était impensable de faire des voyages partout dans le monde sans connaître mon propre pays », affirme-t-elle. 

Son approche : « tenter de définir ce sur quoi repose l'identité canadienne aujourd'hui, prendre les repères stéréotypés qu'on a envers le Canada et voir s'ils sont encore valables aujourd'hui et comment ils le sont. »

Déjà, elle a fait quelques escapades dans les endroits les plus rapprochés, dont la Côte-Nord. En juin, elle ira passer un mois dans les Maritimes, puis se rendra dans l'Ouest canadien du début août jusqu'à la mi-septembre. « Je vais monter jusqu'au Yukon, mentionne-t-elle. Puis en novembre, je veux me rendre au Nunavut, aller à la rencontre des Premières Nations pour leur demander comment elles perçoivent le fait d'être considérés comme un symbole canadien. »

« Le Nord me parle beaucoup. J'ai l'impression que j'ai quelque chose à aller chercher là. »

L'Amérique centrale et du Sud, les pays scandinaves, l'Islande, l'Inde, le Japon, et les îles du Pacifique figurent sur la liste des destinations que Mimi Tremblay voudrait éventuellement visiter. Un retour en Australie n'est également pas exclu. Ultimement, au bout de 10 ans, la cinéaste globe-trotteuse aimerait faire un film-conclusion à sa longue aventure. « J'aimerais réaliser un long métrage sur c'est quoi, finalement, voyager. Et c'est quoi, voyager, en 2026, comparé à 2016. »

Le dévoilement du 1er long métrage du projet des Films Oiseau de nuit, Nomades, se déroulera le samedi 20 mai prochain dès 18 h 30 à l'hôtel Beatnik de Bromont. La projection aura lieu dans la grange et sera suivie d'une courte conférence et d'un cocktail. Les billets seront mis en vente prochainement. Pour être tenu au courant et pour avoir davantage d'informations, consulter la page Facebook Films Oiseau de nuit.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer