L'amour et l'amitié en toile de fond

Devant les représentants de La Voix de l'Est,... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Devant les représentants de La Voix de l'Est, les jeunes ont répété une scène particulièrement flamboyante, même sans costumes, ni décors.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Les plus vieux ont craqué pour le film Grease. Les plus jeunes, eux, ont vu High School Musical en masse. Il n'en fallait pas plus pour que les élèves de l'option théâtre de l'école secondaire J.-H.-Leclerc de Granby se l'approprient pour en faire leur production annuelle. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont pas versé dans la facilité !

Il y a une tonne de travail derrière le spectacle que présenteront, jeudi prochain, ces jeunes de 4e et 5e secondaire. Des heures et des heures de répétition, souvent le midi et le soir. Mais il y a aussi une belle histoire de ténacité. L'enseignante en danse et en théâtre Virginie­ Bienvenue entendait parler de High School Musical depuis longtemps par Dylane et Florence, deux de ses élèves qui avaient seulement 12 ans à l'époque. Au fil du temps, Mme Bienvenue a changé d'institution pour se joindre à l'équipe de profs de J.-H.-Leclerc, les élèves sont aussi arrivées à l'école, sans jamais cesser d'insister. « Madame, on aimerait monter High School Musical, c'est tellement­ bon ! »

En septembre dernier, la prof a flanché. « Il y a un engouement réel pour cette oeuvre, alors on a pris les trois films de la série pour en faire une adaptation théâtrale. Les jeunes s'identifient beaucoup à cette histoire d'amour, d'amitié, d'équipe. Après deux répétitions, tout le monde était embarqué à fond ! »

Pour High School Musical, il lui fallait en effet un groupe engagé et hautement motivé. Car en plus de jouer, les ados doivent aussi danser, mémoriser des chorégraphies et apprendre des chansons. Si les dialogues sont en français, la trame musicale est en version originale anglaise, sur laquelle les comédiens­ font du lip-sync.

« J'ai moins d'élèves cette année, mais j'ai la crème. C'est la première fois en 15 ans d'enseignement que je vois une telle chose ! » , fait remarquer Virginie Bienvenue.

Troy et Gabriella

Durant deux heures, le public suivra les péripéties de Troy et Gabriella, qui se rencontrent dans une fête, puis se retrouvent dans la même école secondaire. Basketball, chant, danse, théâtre et sciences occupent les deux jeunes et leurs camarades, qui découvrent du même coup l'amour, la solidarité­, la rivalité et le doute.

En tout, la comédie musicale fait appel à une dizaine de techniciens, une dizaine de danseuses figurantes et 28 comédiens.

Pour permettre à tous de jouer, deux personnes se glissent dans la peau des personnages principaux, en première­, puis en deuxième­ partie.

Le jeune homme qui interprète Troy, David White, est pour sa part présent du début à la fin de la pièce. Un rôle costaud, exigeant, qu'il aborde avec grand plaisir. « Je fais du théâtre depuis neuf ans et je me suis dit que c'était un défi que j'aimerais réaliser. C'est l'fun à faire ! » , lance-t-il en précisant qu'il a dû apprendre pas moins de 145 répliques. Sans compter les chorégraphies.

Pour Marie-Ève Dubuc, endosser les traits de Gabriella au premier acte est une belle façon d'amorcer sa « carrière » de comédienne. « Je me suis inscrite seulement cette année en théâtre et c'est mon premier "premier rôle" ! » Selon elle, High School Musical est une pièce joyeuse où l'esprit de groupe est omniprésent.

C'est ce qu'on a pu constater, vendredi, lors d'une répétition. À quelques jours de la représentation, la fébrilité était palpable. « Je suis nerveuse, mais je suis persuadée que tout va bien aller. La tempête de cette semaine nous a un peu retardés, mais les jeunes se sont retroussé les manches. Ils vont être performants. J'ai des standards » , assure l'enseignante, en les observant­ danser du coin de l'oeil.

Elle et sa gang ont vu à tout - les costumes dénichés principalement dans des friperies, les accessoires, le décor modulable conçu par des élèves en techniques scéniques - avec peu de budget et beaucoup de créativité.

« Les fonds proviennent uniquement de la vente des billets. Sincèrement, avec le peu qu'on a, on arrive à faire des miracles ! »

Envie d'y aller ?

Quand : le jeudi 23 mars à 19 h

Où : auditorium de l'école secondaire J.-H.-Leclerc à Granby

Billets : on peut réserver à la réception de l'école au 450-378-9981 poste 52200




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer