Liberté de mouvement, liberté d'imaginer

Denise Gazaille présente Liberté du mouvement chez Boréart... (C)

Agrandir

Denise Gazaille présente Liberté du mouvement chez Boréart jusqu'au 3 avril.

C

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Petit ou grand format, peu importe: le regard du visiteur plonge d'entrée de jeu dans la profondeur des couleurs de Denise Gazaille. L'artiste peintre a fait de l'aluminium son canevas, rendant son travail encore plus lumineux.

La Valoise recevait confrères et convives chez Boréart, dimanche, à l'occasion du vernissage de son exposition Liberté du mouvement, qui sera présentée jusqu'au 3 avril.

Mme Gazaille a une technique de travail qui est unique et elle se garde bien d'en révéler les secrets. « Ma recherche était là-dessus. J'ai travaillé des mois pour trouver cette technique-là avec différents médiums. Ça fait au moins 7 ans que j'ai cette technique, dont 6 avec l'aluminium », explique-t-elle.

L'aluminium possède cette qualité de ne pas boire les couleurs et  de diminuer la lumière. 

« J'ai commencé mon travail sur le bois et le rendu ne donne pas le même effet de luminance, explique l'artiste. Et le bois travaille lorsqu'il n'est pas assez sec. J'ai eu quelques difficultés. J'ai commencé à travailler sur des feuilles d'aluminium minces que je collais sur du bois. Puis on a découvert un autre aluminium plus épais que je peux exposer comme ça. Les couleurs ressortent beaucoup plus vives, elles sont plus présentes, plus lumineuses, le rendu n'est pas pareil du tout. On ne perd pas de lumière comme sur le bois. »

 Le résultat, en effet, est vivifiant. L'artiste réussit, à travers son art abstrait, à créer un mouvement qui pourrait se poursuivre bien au-delà de la feuille d'aluminium. 

« C'est le mouvement présent que je veux qui reste dans ma technique. La liberté qui bouge, la liberté sans limites », dit Denise Gazaille.

La liberté d'imaginer, aussi. « Les gens voient des choses que moi-même, je n'ai pas vues. Ça les inspire, ils voient des choses là-dedans qui m'émeuvent. L'interprétation est tellement différente d'une personne à l'autre. C'est ça qui est intéressant. Ça laisse la place à l'imagination. »

Denise Gazaille était heureuse de retrouver ses oeuvres sur les murs de Boréart, qu'elle qualifie d'une des plus belles salles du Québec. Plusieurs visiteurs se sont présentés pour le vernissage et ont laissé leur imagination s'envoler en observant les toiles.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer