Un hommage aux femmes compositeurs

La jeune soprano Magali Simard-Galdès a mis sur... (Brent Calis)

Agrandir

La jeune soprano Magali Simard-Galdès a mis sur pied le concert Des femmes, une voix, mettant de l'avant les oeuvres des femmes compositeurs, trop souvent négligées dans les récitals modernes.

Brent Calis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Magali Simard-Galdès n'a beau avoir que 25 ans et sortir tout juste des bancs d'école, elle a le feu sacré pour réussir, même dans un domaine aussi contingenté que le chant lyrique. Dynamique, elle a mis sur pied un concert mettant de l'avant l'oeuvre de femmes compositeurs, trop souvent négligées dans les récitals modernes.

« Ça n'a rien à voir avec la Journée du droit des femmes qui a eu lieu cette semaine, mais c'est vrai que ça tombe bien », reconnaît la soprano lorsqu'on lui fait la remarque.

L'idée de ce concert lui est venue en 2014 après avoir été invitée à chanter l'Opus 23 de Clara Schumann lors d'un concert. « Je me demandais qui étaient les autres grandes femmes compositeurs. Je savais qu'il y en avait, on l'avait vu à l'école, mais on avait à peine effleuré le sujet », indique-t-elle.

Ses recherches l'ont amenée à constater qu'il y en avait plusieurs autres, en effet, mais qu'elles avaient surtout produit des airs pour piano et voix plutôt que des oeuvres de grande envergure à l'instar des Beethoven­, Mozart et autres Bach de ce monde. « Avant le 20e siècle et même jusqu'à la moitié de celui-ci, elles n'avaient ''pas le droit'' de faire autre chose que de la musique de salon. Des trucs plus intimes, qu'elles allaient seulement partager avec leurs proches dans des soirées mondaines. En fait, c'est surtout que c'était très mal vu », explique la jeune femme.

Les compositrices éprouvaient donc beaucoup de difficulté à faire publier et jouer leurs oeuvres, ce qui fait qu'encore aujourd'hui, elles sont peu accessibles. « Elles n'ont souvent pas été enregistrées ni même transcrites en partitions, indique Magali Simard-Galdès. Disons que ça a compliqué mes recherches... »

Sept noms

La chanteuse a néanmoins réussi à dénicher sept noms, desquels elle interprète 18 morceaux lors de son concert Des femmes, une voix : Fanny Mendelssohn, Alma Mahler, Cecile Chaminade et bien sûr Clara Schumann, qui ont pavé la voie aux compositrices du XXe et XXIe siècle comme Ana Sokolovic, Rebecca Clarke et la toute jeune Tawnie Olson, qui a aujourd'hui à peine 34 ans. « On est chanceux, elle a composé une oeuvre juste pour notre concert », note Magali, qui est accompagnée au piano par Karine Betournay.

Le concert, mis sur pied avec Jeunesses musicales du Canada, est ponctué d'anecdotes sur la vie, les amours et les deuils de ces femmes, ainsi que d'explications de leurs oeuvres quand celles-ci sont en allemand ou en anglais. Il est en tournée partout à travers la province depuis l'automne­ dernier.

Magali Simard-Galdès est née à Rimouski. Elle a étudié le violon dès l'âge de 4 ans et jusqu'à 19 ans. Chantant déjà depuis quelques années, elle a décidé de ne pas suivre son plan initial - la médecine - pour plutôt entrer au Conservatoire de Montréal­. Après un baccalauréat et une maîtrise en chant classique, elle a été acceptée comme artiste en résidence à l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal. Depuis un an, elle vole de ses propres ailes.

Envie d'y aller ?

Quand: le dimanche 12 mars à 14h

: à l'église St-George de Granby

Billetterie: www.ovation.qc.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer