Loft littéraire: place aux jeunes critiques littéraires

Chaque lundi à 18h30, huit étudiants de l'école... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Chaque lundi à 18h30, huit étudiants de l'école Haute-ville de Granby discutent de littérature jeunesse dans l'émission Loft Littéraire, sur les ondes de MaTv.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Qui a dit que les jeunes n'aimaient pas lire ? Il y en a au moins huit dans la région pour qui c'est un réel plaisir. Et ils partagent leur passion dans l'émission Loft Littéraire, présentée tous les lundis soirs depuis le 13 février sur les ondes de MaTv. La Voix de l'Est est allée les rencontrer cette semaine, chez Grendel Design, alors qu'ils bouclaient le tournage du dixième et dernier épisode de la saison.

L'initiative de cette émission est celle d'une enseignante de français à l'école Haute-ville pour intéresser davantage les jeunes à la lecture. « Le but était de faire découvrir des romans jeunesse aux adolescents, indique Carole Tardif. Dans toutes les émissions qui parlent de littérature, on n'aborde pratiquement jamais celle qui s'adresse aux jeunes. Pourtant, je trouve que c'est par là qu'il faut commencer pour intéresser les gens à la lecture. »

Elle a soumis son projet télé à MaTv, puis a recruté huit étudiants - cinq filles et trois gars - de 2e à 4e secondaire, âgés de 13 à 15 ans. Tous des passionnés de lecture, à différents niveaux. Ce sont eux qui prennent la parole; elle agit en tant qu'animatrice.

Chaque épisode de 30 minutes est divisé en deux segments, auxquels participent à tour de rôle quatre élèves : un premier où les jeunes parlent d'un de leurs coups de coeur, puis un second où ils débattent des points forts et des failles d'un roman qu'ils ont tous lu. Dans deux émissions, toutefois, ce segment a été remplacé par une entrevue avec deux auteurs de la région : Charles Prémont et Martin Gougeon.

Quelques capsules viennent agrémenter le tout : des chroniques BD ou revue, des portraits d'élèves ainsi que des lectures de certains passages.

Que du positif

Interrogés par La Voix de l'Est sur leur expérience, les jeunes répondent qu'ils n'y voient que du positif. « J'ai fait beaucoup de découvertes, affirme Rachel Labbé. Les garçons parlent souvent d'autres types de livres que je n'aurais jamais pensé lire. Ça nous incite à aller chercher autre chose que ce qu'on connaît déjà. »

« Ça nous force également à trouver de bons arguments pour défendre notre point en débat, expliquer pourquoi on n'aime ou on n'aime pas telle ou telle chose », ajoute Enya Labrie.

« Et puis on acquiert de l'expérience à parler devant la caméra, ce qui nous aide à être moins stressés lors des présentations orales », renchérit Laurie Poulin.

C'est d'ailleurs l'idée de se retrouver sous les projecteurs qui a séduit les jeunes de prime abord. « Mais c'est toujours le fun de savoir qu'on peut influencer positivement, donner le goût de lire à d'autres jeunes », souligne Olrik Arnold.

Apprendre à aimer lire

Étonnamment, quand on les questionne sur les lectures obligatoires à l'école, les huit adolescents ne se disent pas totalement contre... 

D'abord parce que ça leur permet de découvrir certains auteurs ou d'autres types de lectures, disent-ils, mais également parce que ça les aide à forger leur personnalité littéraire. « Tu en viens à savoir plus ce que tu aimes et n'aimes pas, note Louis-Félix Béland. S'il n'y avait pas eu de lectures obligatoires, je ne lirais pas autant aujourd'hui. Depuis que je suis obligé pour certains livres, je sais plus ce que je veux vraiment lire. »

Et aux jeunes qui n'aiment pas lire - ou au tabou qui persiste en ce sens -, Renaud Gagnon répond : « C'est vrai que la plupart des jeunes n'aiment pas lire, mais je crois que c'est juste parce qu'ils n'ont pas trouvé la sorte de lecture qu'ils aiment. »

« Ils peuvent y aller progressivement, commencer par des BD et des revues - ça aussi, c'est de la lecture ! - et après y aller avec quelque chose de plus avancé comme un petit roman puis une plus grosse brique », suggère Sophy Chartier.

« L'important, c'est d'aimer ta lecture. Si tu n'aimes pas ça, si tu n'embarques pas dedans, tu n'aimeras jamais ça lire », conclut Sabrina Bergevin.

Loft Littéraire est diffusé tous les lundis soirs à 18h30 sur les ondes de MaTv jusqu'au 17 avril.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer