Échange de voeux, partage de mots

L'artiste Mana Rouholamini vous invite à un échange... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'artiste Mana Rouholamini vous invite à un échange de mots dans le cadre de son projet Partager le voeu, directement inspiré d'une tradition iranienne.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Une étrange chaîne de lettres circule ces jours-ci à Granby. Ou plutôt une chaîne de mots. Les clients qui poussent la porte de la librairie Écolivres, rue Principale, peuvent repartir avec le mot qui les interpelle, qui revêt une signification particulière parmi ceux qui se trouvent sur la table de Mana Rouholamini. En échange, toutefois, ils doivent en léguer un nouveau à l'artiste qui l'imprimera à son tour avec de la poudre de cannelle et le rendra disponible pour les visiteurs du lendemain.

Cette action artistique se déroule dans le cadre de la résidence de production de l'artiste d'origine iranienne au 3e Imperial. Intitulé Partager le voeu, le projet est directement inspiré d'une tradition iranienne, Nazr, qui veut qu'on échange un dessert typique contre un voeu lors des fêtes importantes. Ce dessert, le sholeh zard, est essentiellement concocté à partir de riz, de sucre, de safran et d'eau de rose, et décoré de mots dessinés avec de la poudre de cannelle.

« Toute petite, j'étais vraiment intriguée par ce geste, cet acte public en quelque sorte, qui me paraissait très important. Et je me suis longtemps demandé ce que moi j'écrirais », admet Mana, expliquant du même souffle avoir voulu explorer cette notion du voeu, « le partage de mots et de nourriture, et l'interaction qui en découle ».

Pour ce faire, elle a été à la rencontre du public dans trois commerces du centre-ville tenus et fréquentés par des immigrants : le restaurant Sabor Tropical et le Marché Latino, au printemps dernier, et depuis lundi et jusqu'à mardi prochain à la librairie de livres usagés Écolivres. « Les gens ont bien embarqué. J'ai eu des mots en français, en anglais, beaucoup en espagnol, quelques-uns en swahili, et jusqu'à présent il y a eu une cinquantaine d'échanges », se réjouit celle qui dit avoir toujours été fascinée par les différentes langues - elle-même en parle trois : le persan, le français et l'anglais.

Avant que les mots puissent être adoptés, Mana prend soin de les numériser dans le but d'en faire un livre - qui sera distribué gratuitement à tous ceux qui auront participé à son projet. Celui-ci sera remis lors du vernissage, le 30 avril prochain. « Et ce jour-là, je vais cuisiner de vrais sholeh zard », lance Mana Rouholamini.

Pour plus de détails concernant le projet et l'événement, consulter le site internet du 3e Imperial (www.3e-imperial.org) ou encore celui du projet (https ://partager levoeuagranby.wordpress.com/)

Mana Rouholamini sera à la librairie Écolivres tous les jours jusqu'au 7 mars de 11 h à 14 h, sauf le dimanche 5 mars, où elle y sera à compter de midi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer