Louis T en toute objectivité

Ceux et celles qui aiment l'humour engagé et collé à l'actualité connaissent... (La Presse)

Agrandir

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Ceux et celles qui aiment l'humour engagé et collé à l'actualité connaissent certainement déjà Louis T. Depuis quelques années, l'humoriste se fait connaître grâce à de nombreuses apparitions sur différents plateaux télé et ses gazouillis rigolos sur la Twittosphère. Mais la scène reste son amour premier, et c'est là qu'il retourne avec Objectivement parlant, son premier one man show, dix ans après avoir gradué de l'École nationale de l'humour.

« J'avais besoin d'acquérir une certaine sagesse, une certaine maturité, d'explorer davantage qui je suis et peaufiner l'humour que je veux faire », dit-il pour expliquer ce long cheminement avant l'aboutissement d'un premier spectacle solo.

Cette « lenteur » lui a néanmoins permis d'explorer de nombreuses avenues. Comme auteur, lors du Festival Juste pour rire 2010 ou du Bye-Bye 2012, dans le Journal Métro, où il tient une chronique d'actualité teintée d'humour, ou encore pour d'autres humoristes, dont François Bellefeuille.

Louis T a également fait plusieurs interventions à la télévision, entre autres à l'émission Selon l'opinion comique (à titre de coanimateur), Entrée principale (comme bras droit d'André Robitaille) et Bazzo.tv (à titre de chroniqueur). Depuis octobre dernier, il nous sert également chaque semaine une capsule web Vérités et conséquences sur ICI Tou.tv, dans laquelle il décortique et déconstruit un sujet chaud de l'actualité.

Ces expériences diverses ont servi avec le temps à définir son style, en même temps que se faire connaître du public, croit-il, de sorte qu'au contraire de beaucoup d'humoristes, il ne sent pas la nécessité de se « présenter » dans son premier one man show. « Je parle un peu de moi, de mon bébé, de mon diagnostic de syndrome d'Asperger, etc., mais pas tant que ça. Ce n'est pas parce que je ne veux pas me présenter, mais j'ai jugé que je n'étais pas le sujet le plus intéressant à aborder, dit-il. De toute façon, après une heure et demie de show, on comprend qui je suis, comment je pense et comment je fonctionne sans que j'aie besoin d'en parler explicitement. »

Fidèle à lui-même, ce sont, vous l'aurez deviné, davantage les enjeux sociaux et les questions d'actualité qui apportent l'eau au moulin d'Objectivement parlant. « Le terrorisme, la religion, le système de santé, la corruption, tout ce qui s'est passé aux États-Unis dans les derniers mois... », cite-t-il en exemple, soulignant toutefois à gros traits que tous ces sujets sérieux sont abordés de façon très ludique. « Les gens ne passeront pas une soirée difficile », assure-t-il.

Tout comme l'actualité, le spectacle de Louis T est en constante évolution. Si vous l'avez vu en rodage l'an dernier - il était venu en avril 2016 à la Maison de la culture de Waterloo -, il y a donc de fortes chances que vous voyiez plusieurs nouveaux numéros au Palace mercredi soir, l'une des « 20 salles officielles » qui devaient initialement accueillir l'humoriste de 34 ans. 

« On avait décidé de se limiter à 20 soirs seulement, mais il y avait tellement de demandes que je me retrouve finalement à faire des spectacles jusqu'à la fin de 2017 », lance le natif de Jonquière.

Sur son syndrome d'Asperger...

Louis Tremblay, de son vrai nom, a dévoilé l'automne dernier, d'abord sur son compte Facebook puis à Tout le monde en parle, qu'il était atteint du syndrome d'Asperger. Un diagnostic qu'il a reçu il y a moins d'un an, mais qui a changé sa vie.

« Personnellement, ça m'a permis, moi d'abord, de comprendre et d'accepter certains comportements étranges que j'ai, mais également à mon entourage d'avoir des explications sur des facettes de ma personnalité pas toujours faciles et agréables à gérer », confie-t-il, faisant notamment référence au peu d'émotions qu'il arrive à ressentir comparé à une personne dite normale.

« J'ai un peu de misère avec les émotions. Il y a 72 émotions. Les gens normaux ont une palette d'émotions, nous on en a sept. Sept nuances de bof », disait d'ailleurs Louis T sur le plateau de TLMEP- en octobre dernier. « Moi, je ne suis jamais malheureux, mais jamais très heureux non plus », admettait-il aussi.

Envie d'y aller?

Quand: le mercredi 1er mars 2017 à 19h30

Où: dans le foyer Yves-Gagnon du Palace de Granby

Billetterie: www.ovation.qc.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer