L'Érotisme et le vieil âge: « L'époque des braises »

Le maire de Lawrenceville, Michel Carbonneau, et sa... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire de Lawrenceville, Michel Carbonneau, et sa femme, Édith Fournier, ont participé au long métrage documentaire L'Érotisme et le vieil âge de Fernand Dansereau.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

L'attrait pour la sexualité ne disparaît pas avec l'âge. À l'aube de la grande fête de l'amour, c'est ce que le réalisateur Fernand Dansereau a voulu démontrer en s'attaquant au puissant tabou de la sexualité chez les aînés dans son plus récent long métrage, L'érotisme et le vieil âge, sorti en salle vendredi.

On vous avertit toutefois : personne n'a été invité dans les chambres à coucher. Le documentaire ne se penche pas tant sur ce qui se passe sous les couvertures qu'il amène une réflexion sur la sexualité en général, à travers les commentaires de nombreux spécialistes en médecine, en santé et en psychologie, ainsi que les témoignages de personnes âgées.

« Quand tu es sollicité pour participer à un tel projet, tu es obligé de mettre une loupe sur un aspect de ta vie sur lequel tu t'attardes rarement, à mettre les mots justes, à nommer les choses », indique le maire de Lawrenceville, Michel Carbonneau, qui a accepté de livrer ses réflexions sur le sujet en compagnie de sa conjointe, Édith Fournier.

Michel et Édith se sont rencontrés lors de leurs études universitaires. Bien qu'ils se connaissent depuis une cinquantaine d'années, ils ne forment un couple que depuis 11 ans. Ils se sont rapprochés à la suite du décès de leurs conjoints respectifs, qu'ils ont tous deux accompagnés dans la maladie d'Alzheimer pendant 14 ans.

« Accompagner quelqu'un atteint d'Alzheimer, c'est vivre un deuil après l'autre. La relation amoureuse est remplacée petit à petit par de l'attachement... un immense attachement. Quand on s'est ''trouvés'', Michel et moi, on a retrouvé quelque chose dont on avait été privés depuis longtemps... », confie la femme de 73 ans.

Respect, intégrité, authenticité

C'est cette dernière qui a en fait amené son amoureux à se dévoiler au grand écran sur ce sujet encore trop tabou qu'est la sexualité chez les personnes âgées. Grande amie de Fernand Dansereau depuis des années, elle a été approchée par celui-ci pour participer à son film, mais se disait mal à l'aise de le faire sans Michel. « Je ne voulais pas parler d'une chose qui nous implique tous les deux sans qu'il y soit », dit-elle.

« Au départ, j'étais très réticent, admet l'homme de 75 ans. Je suis quelqu'un de très discret sur ma vie intime. Mais j'avais vu le précédent film de Fernand (NDLR : Le vieil âge et le rire) et j'avais beaucoup aimé. Et puis si Édith lui faisait confiance, je lui faisais confiance aussi là-dessus. »

« Et au final, ça nous a beaucoup rapprochés de s'attarder à discuter franchement du sujet », affirment-ils tous les deux.

Le tournage de leurs témoignages s'est déroulé sur une journée, au printemps 2016, à la demeure de Michel Carbonneau à Lawrenceville. « Les questions de Fernand nous amenaient à nous exprimer sans verser dans le scabreux. Oui, on utilise parfois des mots crus, on jase de masturbation, d'érection, etc. Mais tout se fait de manière naturelle, en passant de l'humour à la grande émotion », dit Michel Carbonneau.

« Tourner dans un film de Fernand Dansereau, c'est un grand honneur et un immense privilège. Je savais qu'on pouvait s'ouvrir en toute liberté, sans censure, et que tout allait se faire dans le respect et l'intégrité. Il travaille toujours avec un grand sens de l'éthique, une énorme délicatesse et beaucoup d'authenticité », renchérit celle qui a participé à plusieurs films de son ami réalisateur.

S'il restait une once d'appréhension à propos de la réception de leurs propos par leurs enfants et petits-enfants, elle a vite été dissipée : « c'est hot ! », leur a-t-on fièrement rapporté.

Effectivement, c'est très hot ! ...

L'érotisme au troisième âge, c'est:

« Je dirais que je ne suis plus à l'âge des jeux de puissance. Ce qui ne nous empêche pas d'avoir de beaux jeux de passes et de marquer des buts. »

- Michel Carbonneau

« Je trouve que plus jeune, ce qu'on recherche, c'est la fusion des corps, et qu'à nos âges, c'est la communion des âmes. »

- Michel Carbonneau

« Je dirais que je suis à l'époque des braises. Il n'y a peut-être plus de grosses flammes dans la cheminée, mais le feu est toujours là, latent... et il peut être rallumé à tout moment. »

- Édith Fournier

« Il n'y a plus d'urgence, plus de quête, plus de besoin de se prouver, de libérer une espèce de tension... On peut aborder la sexualité de façon plus curieuse, juste parce qu'on peut prendre notre temps. »

- Michel Carbonneau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer