La douce transition de Pascale Picard

Pascale Picard sera de passage à la Maison... (fournie)

Agrandir

Pascale Picard sera de passage à la Maison de la culture de Waterloo ce samedi.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

Elle ne devait faire que trois ou quatre spectacles en solo. « Pour les petites salles qui n'ont pas les moyens financiers d'accueillir un band », indique Pascale Picard. Mais l'engouement - « le mien d'abord, et celui du public » - s'est avéré tel qu'elle se promène aux quatre coins de la province seule avec sa guitare depuis un an et demi.

Sa tournée All Things Pass tire à sa fin, mais l'auteure-compositrice-interprète ne manquera pas de passer par Waterloo avant de se retirer quelque temps pour donner naissance à sa fille et apprivoiser son nouveau rôle de mère. C'est donc en quelque sorte en formule « duo » que Pascale Picard se présentera ce samedi soir sur la scène de la Maison de la culture, même si la deuxième moitié est encore, pour l'instant, bien discrète.

Enceinte de six mois, l'artiste admet avoir eu quelques craintes au début face à la conciliation travail-grossesse. « Mais finalement, ça se passe super bien. Je suis un peu plus essoufflée et je dois déplacer ma guitare sur le côté, mais ça se gère bien », constate-t-elle aujourd'hui.

Elle a aussi, dit-elle, moins envie de « rocker » sur scène - « je n'ai pas la même énergie » -, mais ajoute du même souffle que cet état d'esprit n'est pas uniquement dû à sa grossesse. « Quand j'ai commencé, j'avais 23-24 ans, ça déménageait plus, mon affaire, je me couchais tard... Là, j'en ai 34. Graduellement, au fil des ans, j'ai réduit le rythme, je me suis calmée, je suis devenue plus casanière. »

La venue d'un enfant est une suite naturelle à cette transition en douceur - « si j'étais tombée enceinte à 23 ans, ça aurait été une autre game, le choc aurait été plus grand », concède d'ailleurs la rockeuse.

Dans cette transition en douceur, il y a eu la dissolution du band qui l'a fidèlement accompagnée pendant une dizaine d'années. « Il n'y a pas eu de chicanes, assure l'interprète de Gate 22, c'est juste qu'on était rendus là. Les membres avaient vieilli, nos vies avaient changé... »

Ils se réuniront néanmoins tous dans quelques semaines, le temps de deux spectacles - à Québec et Maskinongé - pour souligner le 10e anniversaire de Me, Myself & Us, l'album à l'origine de l'entrée fracassante de Pascale Picard dans le paysage musical d'ici et d'ailleurs en 2007. « Ce sera plus quelque chose d'unplugged qu'un show rock », avertit toutefois Picard.

Mais pour revenir à son passage à Waterloo, l'auteure-compositrice-interprète laisse savoir qu'elle revisitera ses trois albums, en plus de servir deux nouvelles chansons qui figureront sur son prochain album. Il devait initialement sortir au printemps, mais la venue de son enfant reporte le projet à l'année prochaine, indique-t-elle. 

« J'ai quand même cinq ou six chansons dont je suis très fière, mais en sachant que je n'allais pas sortir l'album cette année, j'ai comme mis ça sur la glace. De toute façon, on m'a souvent dit que le fait d'avoir un enfant pouvait changer beaucoup notre énergie créatrice, que ça pouvait amener beaucoup d'eau au moulin. Alors, je laisse les choses aller... On verra bien. »

* Pascale Picard sera également en spectacle au Cabaret Eastman le samedi 11 mars à 20 h. Infos et billets : www.cabareteastman.com ou 450-297-1200.

Envie d'y aller?

Quand: ce samedi 4 février à 20 h

: à la Maison de la culture de Waterloo

Billetterie: www.mcwaterloo.com ou 450-539-4764

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer