La cerise sur le sundae pour Rosie Valland

Rosie Valland fera les premières parties de Lisa... (fournie)

Agrandir

Rosie Valland fera les premières parties de Lisa LeBlanc en France et en Belgique en plus d'avoir une vitrine bien à elle à Paris.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) « On part en Europe ! Et j'ai vraiment hâte ! » a écrit une Rosie Valland tout excitée, mardi, sur son fil Facebook.

L'auteure-compositrice-interprète granbyenne s'envolera dans une dizaine de jours pour effectuer les premières parties de Lisa LeBlanc en France et en Belgique, en plus d'avoir une vitrine bien à elle un soir à Paris.

« C'est la première fois que je mettrai les pieds en Europe, dit-elle au bout du fil. J'ai toujours rêvé d'aller à Paris, mais je me disais qu'un jour j'y irais avec ma musique. L'occasion ne pouvait être plus belle parce que non seulement je fais la première partie d'une artiste d'ici qui a du succès là-bas, mais qu'en plus j'y vais avec mon band, donc je vais pouvoir montrer exactement mon son, mon style. »

Gagner en maturité

Cette virée de l'autre côté de l'Atlantique est un peu comme la cerise sur le sundae d'une très belle année pour celle qui a lancé son premier album, Partir avant, en septembre 2015. Depuis, elle est montée sur scène à une soixantaine de reprises, tantôt en tant que première partie de Ariane Moffatt, notamment, tantôt en tant qu'artiste principale. « J'ai énormément appris en faisant des premières parties parce que ça donne du métier dans le corps juste par l'opportunité qu'on a de monter sur scène plus souvent et de se présenter devant des publics différents, indique-t-elle. Mais j'ai aussi réussi à faire voyager mon truc à moi, de sorte que ça fait un an que je vis de ma musique à temps plein. »

Après le temps des Fêtes, Rosie Valland ajoutera une deuxième cerise sur son sundae en bouclant la boucle de sa tournée à la Sala Rossa, à Montréal, le 27 janvier 2017. « Ça va me permettre de passer à autre chose. Pas que je n'aime pas tout ce qui m'arrive de beau en ce moment, mais j'ai l'impression d'avoir tellement gagné en maturité que j'ai hâte de travailler sur mon prochain album », dit celle qui sera la porte-parole des prochaines Francouvertes avec Philippe- Brach.

Pour ce faire, la jeune femme de 24 ans ne s'offre rien de moins qu'une résidence de deux mois à Paris. « Je n'avais pas envie d'être dans mon 2 et demie à Montréal, lance-t-elle en riant. Quand l'opportunité d'avoir un appartement là-bas s'est présentée, je me suis dit "pourquoi pas ? ". J'ai envie de changer d'air. »

Ce désir de se retrouver ailleurs ne se traduira pas sur son prochain album, assure-t-elle toutefois. « Il ne sera pas plus joyeux pour la simple et bonne raison que j'aime l'univers dans lequel je baigne. Je me développe bien là-dedans, j'ai envie de creuser davantage dans mes forces plutôt que d'aller dans quelque chose de complètement différent. »

Entre déception et fierté

Rosie Valland l'avoue d'emblée : elle a senti une petite déception en ne voyant son nom apparaître nulle part dans la liste des nominés au dernier gala de l'ADISQ. Mais quand celle des GAMIQ a été dévoilée, quelques jours plus tard, et qu'elle a constaté sa présence dans quatre catégories, elle a retrouvé son sourire. « J'ai compris que mon projet ne cadrait peut-être pas dans le style récompensé par l'ADISQ, mais qu'il avait sa place ailleurs, qu'il pouvait rayonner autrement, philosophe-t-elle. Et c'est correct comme ça. De toute façon, je ne fais pas de la musique pour être une vedette. »

L'ex-finaliste du Festival de la chanson (2012) et des Francouvertes (2015) est en nomination dans les catégories Meilleur album pop, Meilleur EP pop, Artiste de l'année et Auteur-compositeur de l'année. Les gagnants seront dévoilés le 27 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer