Une exposition sur La Guerre des Tuques 3D à Sutton

Une illustration tirée de La Guerre des Tuques...

Agrandir

Une illustration tirée de La Guerre des Tuques 3D.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Sutton) La prochaine exposition temporaire du Musée des communications et d'histoire de Sutton portera sur La Guerre des Tuques 3D. Et si tout va comme prévu, il se pourrait bien que des éléments de l'exposition créée il y a un an au Musée Grévin à Montréal soient rapatriés dans les Cantons-de-l'Est, a appris La Voix de l'Est.

« Il est impensable de reproduire l'exposition de Grévin au complet à Sutton parce qu'on n'a pas l'espace pour, mais dans le meilleur des mondes, j'aimerais faire venir les décors de la grange, le fort grandeur nature ainsi que les statues de cire des deux personnages principaux, Luc et Sophie », fait savoir le président du Musée des communications et d'histoire de Sutton, Richard Leclerc.

Ces éléments seraient « de gros extras » pour entourer la base de l'exposition, soit les dessins - certains encore jamais exposés - de François Brisson, l'un des réalisateurs de l'adaptation 3D du Conte pour tous.

Le travail de ce dernier a consisté à dessiner les personnages et les décors à partir du chef d'oeuvre d'André Melançon. Résidant de Sutton et propriétaire de la galerie d'art Les Imagiers, M. Brisson est d'ailleurs l'angle local à cette 11e exposition du Musée des communications et d'histoire de Sutton.

À la recherche de partenaires

Mais ces extras ont un prix, et Richard Leclerc est présentement à la recherche de partenaires financiers pour aider à acquitter certains coûts, dont le transport du matériel jusqu'à Sutton et l'installation. Il rencontrait justement des membres de la Chambre de commerce de Cowansville mercredi soir pour les inviter à devenir commanditaires.

Pour faire venir les trois éléments qu'il a dans sa mire, le président du Musée aurait besoin de 15 000 $. « Mais si je ramasse 5000 $, je vais travailler avec 5000 $, dit-il. C'est pour ça que je ne peux pas dire, au moment où on se parle, à quoi va ressembler exactement notre exposition. Plus j'aurai d'argent, plus il y aura d'accessoires et de décors. Mais une chose est sûre : il y aura une exposition sur La Guerre des Tuques 3 D. »

Aucune date exacte n'est encore fixée pour l'instant, mais le souhait de Richard Leclerc serait de lancer l'exposition le plus tôt possible en 2017. « Ce serait mieux qu'il y ait de la neige... En mai, il me semble que ça cadrerait moins. En plus, on pourrait profiter de l'achalandage des skieurs », indique-t-il.

Exposition familiale

La Guerre des Tuques 3D sera la première exposition « familiale » du Musée des communications et d'histoire de Sutton, fait remarquer Richard Leclerc. « Jusqu'à présent, nos expositions ont surtout interpellé les baby-boomers », reconnaît-il en énumérant Les Canadiens passent par Sutton en train, La Prohibition, Sol et Gobelet, Gerald Bull et Les Frères Vachon. « Mais avec La Guerre des Tuques 3D, on va vraiment chercher trois générations. »

Cela lui fait dire qu'il pourrait attirer beaucoup plus que la moyenne des 3000 visiteurs atteints pour la plupart des expositions temporaires précédentes. 

« En plus, le timing est super bon parce que le film pourrait se rendre à la prochaine cérémonie des Oscars à Hollywood dans la catégorie films d'animation et l'équipe vient de commencer à travailler sur une suite », ajoute-t-il.

C'est donc un « work in progress » qui augure bien, résume-t-il. On aura plus de détails dans les semaines à venir.

Toute personne désirant obtenir plus d'informations ou souhaitant devenir partenaire financier de l'exposition peut communiquer avec Richard Leclerc au 450-538-2883 ou au 514-891-9560.

Un scénario en main pour la suite

François Brisson se dit très touché d'être la pierre angulaire de la nouvelle exposition du Musée des communications et d'histoire de Sutton. « La Guerre des Tuques 3D, ç'a été beaucoup de travail, admet-il. Avec cette exposition, les gens pourront voir les dessous du film, les différentes étapes qui ont mené au résultat final. »

Dans la version 21e siècle du classique du cinéma québécois, le Suttonais a réalisé ce qu'on appelle dans le jargon le « story board ». Une sorte de bande dessinée qui donnera une idée de ce que sera le résultat final du film. « Je l'ai dessiné trois fois au complet avant qu'on adopte une version finale », mentionne-t-il.

Depuis plusieurs mois, François Brisson se prête au même jeu pour la suite de La Guerre des Tuques 3D, qui devrait voir le jour à la fin de 2018. « On a un scénario en main, glisse-t-il. Peut-être pas définitif, mais quelque chose avec lequel commencer à travailler. »

On pourrait y retrouver nos personnages préférés peu de temps après les vacances de Noël. « À la relâche scolaire ou l'année suivante... La version animée du classique a permis de remettre les personnages à niveau dans nos têtes et dans nos coeurs, et a stimulé l'envie de voir de quoi ils pourraient être capables d'autre. On va faire vivre aux spectateurs une autre aventure... », laisse entendre vaguement le dessinateur sans pouvoir en divulguer plus pour l'instant. Marie-Ève Lambert

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer