Nos eldorados: Alex Nevsky, sans complexe

«Parler d'amour et être romantique, c'est probablement la... (John Londono)

Agrandir

«Parler d'amour et être romantique, c'est probablement la chose la moins cool en 2016, mais c'est ce qui me fait vibrer le plus», affirme Alex Nevsky au sujet de ce thème omniprésent sur son nouvel album.

John Londono

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Alex Nevsky dort mal depuis un mois. Il l'avoue sans détour : il a « la chienne » à la veille du lancement de son troisième album, Nos Eldorados.

La pression est forte, admet le chanteur, beaucoup plus qu'avant la sortie d'Himalaya mon amour. Il se croise donc les doigts en se disant qu'il ne peut rien faire de plus ou de mieux. 

Car sur cet opus de 12 pièces qu'il a mis six mois à préparer - « C'est énorme », confie-t-il - , il ne changerait rien. « C'est la première fois que je suis vraiment content d'un album. Je suis décomplexé face à l'accueil. Je sais qu'on est allé au bout. »

Décomplexé de quoi ? « D'être juste un ''4 hit wonder''. J'avais peur de faire un nouvel album sans hit. Mais l'extrait Polaroid est dans le top 3 depuis des semaines. Je pense que j'ai relevé le défi. »

Alex Nevsky affirme qu'avec Nos Eldorados, il n'a pas cherché à faire plaisir aux gens. « Certaines personnes seront décontenancées par mes tounes. Mais le rôle d'un artiste, c'est d'être en mouvement. »

Avec ses complices, le Granbyen a concocté un disque aux chansons « arrangées, habillées, avec du groove ». « Il y a beaucoup de synthétiseur, de drum machine... Il y a plus de couches ambiantes, avec un gros son en même temps. Les inspirations sont diverses, avec des références hip-hop, liées à ce que j'écoute et à ce que j'aime. »

Ce qui n'a pas changé, c'est le thème de l'amour, omniprésent sur Nos Eldorados. Nevsky est un gars sentimental qui s'assume pleinement. « Parler d'amour et être romantique, c'est probablement la chose la moins cool en 2016, mais c'est ce qui me fait vibrer le plus », glisse-t-il avant d'ajouter que son album n'est ni cynique ni à la mode. « Je ne suis jamais à la mode. Je n'ai pas envie d'être à la mode. »

Il y est question de passion ; de désillusion aussi. La vie étant ce qu'elle est, l'auteur-compositeur-interprète s'en est inspiré, tout simplement. « Je ne voulais pas parler de rupture, mais j'en ai vécu deux entre Himalaya et Nos Eldorados. C'est sûr que ça a teinté l'album. »

Seul et avec d'autres

Yann Perreault lui a offert les bases d'un poème écrit pour son fils, devenu La beauté. Coeur de pirate a coécrit Jeter un sort avec lui, en plus d'en signer la musique et de joindre sa voix à la sienne. Koriass, lui, a participé à la pièce (bilingue et plus « lourde ») Réveille l'enfant qui dort, à travers ses mots écrits et rappés. 

Mais bien que la plume d'autres auteurs - Jonathan Harnois et Mathieu Laliberté aussi - se soit mêlée à la sienne sur quelques chansons, reste que la touche d'Alex est présente partout, sur l'ensemble de l'oeuvre. D'où le caractère autobiographique de plusieurs textes. 

« Je n'ai aucunement la capacité ou la volonté d'écrire sur les autres. Il faut que ça parte d'une zone hyper personnelle. Je ne suis pas capable d'inventer des histoires », lance-t-il sans détour.

Et le titre Nos Eldorados, ça vient d'où ? Le chanteur en accorde le crédit à Michaël Langlois... propriétaire de la boutique Jules Demers à Granby ! « Un ami et moi cherchions une rime en ''o'' pour la chanson Polaroid. Mike était en train de prendre mes mesures pour le gala de l'ADISQ. Il a lancé ''Eldorado ! ''. C'était ça. J'ai ensuite semé ce mot un peu partout dans l'album. »

Projet pour Granby

Dès janvier, Alex Nevsky donnera le coup d'envoi à une tournée qui devrait s'étirer sur un an et demi. Bien qu'un arrêt soit prévu à la Maison de la culture de Waterloo le 4 mars, on s'étonne de ne pas voir Granby sur son itinéraire. 

« J'ai un projet pour Granby, mais je ne peux pas en parler en ce moment. Mais c'est sûr que je vais y aller ! »

Nos Eldorados est offert sur Apple Music depuis vendredi. Il sera disponible partout le 11 novembre.

Quelques réflexions d'Alex sur Nos Eldorados

«Ma chanson favorite de l'album, c'est L'enfer c'est les autres. Je me suis permis de me mettre à nu, de retourner le miroir sur moi. Et de dire comment je doute de moi... »

Extrait : «Mon égo gonflé - Par des hits radio - Des disques dorés - Pour Eldorado - Mes envies d'abus - Mes rêves clichés - Suis-je un déjà-vu? - Cette peur de tricher... »

***

«Réveille l'enfant qui dort que je chante avec Koriass était super gentille au début, mais on lui a trouvé un gros beat ''bad hass''. Ce sont des zones qu'on s'est permis d'explorer. On est allé ailleurs. Cette chanson a été écrite à la base pour un ami qui a été d'un grand support moral quand j'en avais besoin. »

Extrait : «Allez ravive-moi - Réveille l'enfant qui dort - Fais taire la triste voix - De l'égo qui s'égare - Vas y ramène-moi - Au coeur de la rose - Où l'amour est un choix - Où l'esprit se repose »

***

«Tes joies liquides est la plus belle chanson d'amour que j'ai faite à ce jour. Ça dépeint la folie d'être amoureux. J'en suis vraiment fier. »

Extrait : «Mais je n'écoute pas ce qu'ils gueulent - Même en terrain miné je cours - On dit que l'amour rend aveugle - Visiblement il nous rend sourds »

La machine Nevsky

Elle est bien loin l'époque où Alex Nevsky servait des pâtisseries chez Madame Hortense à Granby. Il a parcouru beaucoup de chemin, le jeune homme. Celui qui est aussi coach à La Voix Junior dispose maintenant d'une solide équipe pour s'occuper de ses affaires. Quand on lui demande si la machine est devenue un peu trop grosse à son goût, il répond « Pantoute! » du tac au tac. 

« Cette machine me permet tellement plus de liberté qu'avant. Ce pouvoir que j'ai me permet d'attirer des partenariats comme celui, énorme, avec Apple Music. Et il y en a d'autres vraiment cool qui s'en viennent», raconte-t-il. 

« Juste pour le lancement de l'album, on a loué un local durant cinq jours à Montréal. Tout ça coûte beaucoup d'argent, mais je peux maintenant me permettre d'investir dans mon art, d'être créatif. Je suis extrêmement chanceux, je le sais. La notoriété a de bons côtés. »

Ces cinq jours dont il parle sont en fait un «pop-up shop» qui se tiendra du 8 au 12 novembre, où les fans et les passants auront accès à un café, une boutique, une exposition, au lancement de l'album le 8, à des spectacles (Ariane Moffatt, Lydia Képinski, Aliocha et Alex lui-même) et à la lecture de textes provenant du blogue Les Fourchettes d'une autre Granbyenne, Sarah-Maude Beauchesne. 

Pour votre information, sachez que malgré les rumeurs qui circulent à leur sujet, Alex et Sarah-Maude ne sont pas un couple. «Sarah-Maude est ma meilleure amie. Elle est comme ma soeur. On rigole beaucoup avec ça! »

Voilà qui est clair.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer