Soulwood lance À l'orée du bois

Alex Kehler, Daniel Haché et Willy leMaistre forment... (fournie par Éric Lajeunesse)

Agrandir

Alex Kehler, Daniel Haché et Willy leMaistre forment Soulwood. Le trio, qui donne dans la musique traditionnelle instrumentale-, lance son premier disque ce jeudi soir.

fournie par Éric Lajeunesse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Sutton) Soulwood, un trio des Cantons-de-l'Est qui donne dans la musique traditionnelle au sens large, procédera ce jeudi soir au lancement de son tout premier album en carrière, À l'orée du bois.

Une proposition pour le moins originale, aux sonorités qui prennent racine dans des folklores d'ici et d'ailleurs reproduites avec des instruments aux origines tout aussi diverses.

Pour décrire leur style, les gars utilisent une expression qui pique la curiosité. « On fait essentiellement de la musique traditionnelle québécoise, mais à saveur des Appalaches », lance Alex Kehler, qui joue aux côtés de Daniel Haché et Willy leMaistre.

« À saveur des Appalaches » puisque les trois musiciens pigent autant dans les folklores québécois, américain et acadien que celtique, écossais et irlandais. « Avant la dérive des continents, les Appalaches, l'une des chaînes de montagnes les plus anciennes sur la planète, traversaient tous ces territoires », explique-t-il.

Par ailleurs, les Appalaches, c'est aussi le lieu qui a inspiré le trio et où a été enregistré À l'orée du bois, le fruit de quatre ans de travail et de recherche de répertoire. Y sont regroupées 11 pièces instrumentales connues ou moins connues telles À la claire fontaine, Qui me passera le bois et Bigger House.

Multi-instrumentistes

Alex Kehler, Daniel Haché et Willy leMaistre sont tous multi-instrumentistes. Des racines celtiques chez l'un, acadiennes chez l'autre ainsi qu'un intérêt commun pour la musique traditionnelle les ont réunis en 2011 sous le nom de Soulwood.

Le premier vit de la musique à temps plein tandis que les deux autres sont sculpteurs sur bois professionnels. Daniel a même fabriqué ses propres instruments en bois !

Les gars ont aussi apprivoisé le nyckelharpa, « un instrument suédois cousin de la vielle à roue qui se joue avec un archet plutôt que de tourner une manivelle », explique Alex Kehler, le cajon, le banjo et le ti-fer (triangle en métal, en cajun), pour ne nommer que ces quelques instruments.

Lors de leur lancement, ce jeudi dès 17 h à l'Auberge Sutton Brouërie, il sera d'ailleurs possible de voir la diversité de leurs talents. Et bien sûr, de se procurer leur album, également en vente sur bandcamp en version numérique. Entrée libre pour tous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer