«Un nouveau commencement» pour Caroline Savoie

Caroline Savoie a été la lauréate du Festival... (Jimmi Francoeur)

Agrandir

Caroline Savoie a été la lauréate du Festival international de la chanson de Granby en 2015.

Jimmi Francoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Savary
La Voix de l'Est

Près d'un an après l'avoir enregistré à New York, Caroline Savoie a lancé officiellement son premier album éponyme, mardi soir, à Montréal. «Je suis super excitée de pouvoir enfin montrer aux gens le fruit de mon travail des trois dernières années», a dit l'auteure-compositeure-interprète acadienne. La Voix de l'Est s'est entretenue par téléphone avec la lauréate 2015 du Festival international de la chanson de Granby, quelques heures avant le lancement.

Un nouvel extrait de l'album de Caroline Savoie - Y'en aura - tourne actuellement sur les ondes des radios au Québec. Une chanson entièrement écrite et composée par la jeune femme de 21 ans.

En voici un extrait: Y'en aura des plus belles / Des plus belles que moi / Juste comme des modèles / Minces comme des ficelles / Mais y'en aura pas une / Qui t'aimera plus que moi.

La voix bien en évidence, Caroline Savoie déploie un registre amoureux sur des images efficaces.

Elle avait écrit cette chanson il y a deux ans pour empêcher son ancien chum de quitter pour la Suède. «Et ça avait marché!», souligne-t-elle. Ils ne sont plus ensemble. Depuis, les amours semblent être davantage couchés sur ses textes qu'à ses côtés. «J'ai pas le temps pour ça; je me concentre sur mes chansons», dit-elle, coupant court aux potins.

Sur l'album, Caroline navigue ainsi dans des eaux qu'elle connaît, celles tortueuses des sentiments amoureux.

«Caroline Savoie chante l'espoir, le doute, l'amour qui réchauffe, celui qui détruit, la solitude, la route, le déracinement, ses Maritimes», résume son communiqué de presse.

Les deux concessions à la langue de Shakespeare, soit la pièce originale The sailor, écrite avec Katrine Noël des Hay Babies et la reprise de Buckets of Rain de Bob Dylan, s'inscrivent également dans cette veine langoureuse.

L'effet Dylan

Bob Dylan inspire beaucoup Caroline. «J'étais toujours un peu inquiet au début [quand j'écrivais], car ma plume était... simple, mais quand j'ai commencé à écouter Bob Dylan, ça m'a rassuré un peu, car c'est quand même... [elle cherche ses mots] assez simple ce qu'il fait. Ça m'a aidé à assumer qui j'étais comme artiste.»

Ayant appris son amour pour Bob Dylan, le réalisateur de son album Jay Newland lui fait alors essayer Buckets of Rain, à la toute fin d'une séance d'enregistrement, juste pour voir. Le résultat a été concluant.

La majorité des textes de cet album éponyme ont été écrits dans son Acadie natale, loin de l'effervescence de la grande ville.

Montréal

Caroline a désormais quitté la quiétude de son Nouveau-Brunswick natal pour le tourbillon de la vie montréalaise. «Ça bouillonne tellement à Montréal, y'a tellement de musique, je découvre de nouveaux artistes, c'est inspirant pour moi.»

Si Montréal et le Plateau-Mont-Royal, ses nouveaux ports d'attache, ne manquent pas de distractions, c'est bien là qu'elle concocte le matériel qui servira à élaborer son deuxième album. Et oui, un album n'attend pas l'autre. «J'essaie d'écrire le plus que je peux, d'explorer de nouveaux thèmes pour moi, de sortir de ma zone de confort», dit-elle.

À Montréal, elle tripe. «Montréal, c'est enrichissant. Pour moi, c'est un nouveau commencement. Je pense que j'avais besoin de ça, autant dans ma vie personnelle que pour ma carrière, ça m'inspire de nouvelles chansons.»

Et avec ses nombreux amis qu'elle connaissait avant d'arriver dans la métropole, dont ses copines et colocs qui viennent également de Dieppe (!), elle est presque en terrain connu.

L'Acadienne se réjouit également de l'anonymat de la grande ville, ce qui la change de son coin de pays. «Quand je retourne chez nous, je suis tellement heureuse! Mais c'est l'fun aussi d'entrer dans un café [à Montréal], juste de m'assoir puis d'écrire dans un endroit que je ne connais pas.»

Moncton dans les bagages

Jeudi, Caroline Savoie sera à Moncton pour présenter son album dans son coin de pays. «Je trouve ça important, car c'est là que ma carrière a commencé, rappelle-t-elle. Je suis fière d'être Dieppoise, c'est important pour moi.»

Ses proches lui ont permis de passer à travers les moments de découragement: «Je ne pense pas que j'aurais continué la musique si je n'avais pas été si bien entourée par ma famille et mes amis. C'est décourageant par bouttes. (...) Sans eux, je ne serais pas où ce que je suis aujourd'hui.»

Bien entourée et déterminée à vivre à fond son expérience montréalaise, la lauréate du Festival de Granby a déjà franchi une étape importante dans sa jeune carrière.

 

Caroline Savoie sera en spectacle le 12 novembre prochain à l'auditorium de la polyvalente Massey-Vanier, à Cowansville, en première partie des soeurs Boulay; le 9 décembre à la Maison de la Culture de Waterloo, en première partie de Louis-Jean Cormier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer