Safari-photo à Saint-Paul: chasser la beauté

L'église anglicane St-Paul fait partie des beaux sites... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'église anglicane St-Paul fait partie des beaux sites de Saint-Paul-d'Abbotsford.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-d'Abbotsford) La piste cyclable, la montagne, les vignes et les vergers, les petites églises protestantes... À Saint-Paul-d'Abbotsford, le regard est souvent séduit. Pour mettre ces lieux de beauté en valeur, la municipalité invite ses citoyens et les gens des alentours à un premier safari-photo.

«On veut faire connaître notre municipalité, la montrer sous son meilleur jour, sous l'angle du patrimoine et de la nature, explique la coordonnatrice des services municipaux de Saint-Paul-d'Abbotsford, Laure Rodriguez-Vigouroux. On aimerait mettre en valeur les bijoux architecturaux et les paysages de Saint-Paul, en sortant du cadre traditionnel. On a des trésors cachés ici!»

Les lieux de culte, les cimetières, les points de vue magnifiques et les rangs bucoliques font partie de ces trésors qui seront mis en vedette le 11 septembre de 9 h à midi. Car ce safari-photo, dont le départ se fera de la salle communautaire du 35 Codaire, sera en fait une visite guidée et commentée. Les participants auront droit à des informations historiques et culturelles au sujet des nombreux lieux choisis, avant de laisser libre cours à leurs talents d'artistes.

Au terme de cette chasse aux images, ceux-ci auront l'occasion de faire partie de l'exposition Lieux de nature et de patrimoine qui se tiendra au Hall Fisk le dimanche 25 septembre dans le cadre du Festival Saint-Paul-d'Abbotsford dans tous ses arts.

Mme Rodriguez-Vigouroux fait remarquer qu'il existe déjà à Saint-Paul-d'Abbotsford une «culture photographique». La municipalité, dit-elle, fait souvent appel aux passionnés de photo pour illustrer ce qu'elle a de plus beau. «Il n'y a pas d'association officielle, mais il y a beaucoup d'amateurs de photographie.»

Pour cette première expérience, les organisateurs visent «une vingtaine ou une trentaine de participants, amateurs comme professionnels», ajoute la dame.

L'activité et l'exposition sont gratuites, mais les photographes devront développer les clichés en format 8 x 12 à leurs frais. Il est encore possible de s'inscrire sur le site de la municipalité.

Le safari-photo aura lieu beau temps, mauvais temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer