FICG : c'est parti pour un autre tour!

Le grand patron du Festival de la chanson,... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le grand patron du Festival de la chanson, Pierre Fortier.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

Pour Pierre Fortier et son équipe, le lancement officiel du 48e Festival international de la chanson de Granby, aujourd'hui, est l'aboutissement de presque une année de travail. Une préparation colossale qui prendra tout son sens au cours des dix prochains jours.

À voir mercredi au Palace de Granby. ... (Infographie La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

À voir mercredi au Palace de Granby. 

Infographie La Voix de l'Est

Rencontré lundi dans le tourbillon des dernières heures, le grand patron de l'événement ne cachait pas une certaine nervosité. «L'autre jour, on m'a montré la liste des 10 professions les plus stressantes. Il y avait notamment organisateur d'événements, chef d'entreprise et responsable des relations publiques. Je fais les trois!», a-t-il lancé en souriant.

Si tout le travail a été fait en amont, Pierre Fortier avoue qu'une grande partie de la réussite du Festival repose maintenant «dans l'abstrait». «On souhaite que les demi-finalistes soient à leur meilleur, que les artistes invités soient prêts, qu'il n'y ait pas de retard d'avions, qu'il fasse beau pour les spectacles extérieurs, que tout se déroule bien lors des remises de prix», énumère-t-il. Bref, les impondérables sont nombreux et mieux vaut faire confiance à la vie!

De 24 à 4

La première des quatre soirées de demi-finales débute ce soir au Palace de Granby. Elles se poursuivront jeudi, vendredi et samedi pour aboutir à la grande finale du 26 août, alors que quatre - ou cinq en incluant le Prix du public - des 24 participants monteront sur scène dans l'espoir de tout rafler.

Quand on lui demande de nous parler de cette cuvée 2016, Pierre Fortier se montre prudent. «Honnêtement, je ne sais pas du tout ce qui va arriver. Cette année, il n'y a pas de grande différence entre les meilleurs et le milieu de peloton, même si la différence musicale est grande dans les styles. Aucun artiste ne sort clairement du lot, alors tout sera important: ce qu'ils diront entre les chansons, leur présence scénique...», analyse-t-il.

Pour les avoir vus et entendus, le patron du Festival affirme que les demi-finales feront place à la chanson française à la Brel et Ferré, à la pop, au folk de groupe, à la musique du monde et même, dit-il, à la musique de New Orleans «sale».

«Dans le groupe, il y a quelques personnages fort intéressants, trois qui ont fait La Voix... C'est très varié.»

Ce que le public risque de remarquer, ce sont les changements sur le plan de la mise en scène, ajoute le directeur général. Avec l'arrivée du directeur artistique Robert Bellefeuille, l'accent sera mis, plus que jamais, sur «l'esprit de gang». «Ils sont ensemble depuis presque deux semaines et on veut que ça transpire, que le public le sente. On a modifié certains trucs, dont l'introduction, pour donner l'allure de galas avec l'effet de groupe. Je suis content de ce qui a été fait.»

Toute une programmation

Si le Festival a adopté les réseaux sociaux depuis déjà quelques années, il ajoute une autre corde à son arc en 2016. Le public a désormais accès à l'application mobile FICG, disponible sur iOS et Android, semblable à celle d'autres grands festivals.

«C'est dans l'air du temps et on était rendus là. C'est pratique pour tout avoir au bout des doigts, surtout les détails de la programmation», fait remarquer M. Fortier.

Pratique en effet, car il suffit de jeter un oeil au calendrier des dix prochains jours pour avoir le tournis. En plus des quatre demi-finales, de la finale, du concours Le Petit Festival et du spectacle Jamais trop tôt, le FICG recevra une multitude d'artistes - dont plusieurs bien connus - qui se produiront au Pub du Village, à l'église Unie, à l'église St-George, au café Zone Anonyme, chez Ben La Bédaine et même au Centre culturel St-John de Bromont.

À cet horaire chargé viendront aussi s'ajouter trois grands spectacles extérieurs au parc Daniel-Johnson. Le jeudi 25 août, le duo Blé (avec le Granbyen Miro Belzil) précédera la production 30 succès/16 voix, alors que le lendemain, 26 août, le groupe Mordicus montera sur scène juste avant la légendaire Marjo.

Le Festival se terminera sur une note grandiose et nostalgique, le samedi 27 août, par la prestation de la formation Zébulon, suivie de La Messe à Dédé Fortin et d'un feu d'artifice au-dessus du lac Boivin.

Tous les détails de ces trois événements gratuits seront publiés dans notre cahier Arts/Week-end de samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer