Ça va swinger à Sutton!

Le directeur artistique Pascal Gemme (à gauche) et... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le directeur artistique Pascal Gemme (à gauche) et le directeur général Jean de Grosbois (à droite) ont concocté une programmation festive et variée!

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Sutton) Si en entendant «violon traditionnel», des airs de veillée du Jour de l'An vous viennent en tête... il est temps de démystifier cet univers riche et varié mis en valeur par le 3e Festival de violon traditionnel de Sutton. Des rigodons, oui, mais il y a plus! Des visiteurs des États-Unis et de partout au Canada sont attendus du 11 au 14 août pour prendre part à cette grand-messe de l'instrument à cordes.

C'est en jouant un «cotillon» que le violoneux professionnel Pascal Gemme s'est introduit, jeudi, à la salle Alec et Gérard Pelletier. Cet air rythmé, a-t-il expliqué, introduisait les soirées dansantes à l'époque du Moyen-Âge. «C'était pour montrer ses beaux atours à la Cour du Roi», raconte celui qui est aussi directeur artistique du Festival.

Lauréat de nombreux prix musicaux, Pascal Gemme a mis à contribution ses contacts de partout dans le monde pour concocter une programmation festive de qualité. Pendant quatre jours, des musiciens réputés d'ici et d'ailleurs se produiront de la matinée jusqu'aux petites heures.

David Greely, notamment, quittera la Louisiane pour venir festoyer au Parc des Vétérans, en plein coeur du village. Il donnera aussi des ateliers intensifs et des classes de maître. Si la venue de musiciens de cette tempe est possible, c'est grâce aux surplus engrangés lors de la dernière édition. «Le gros du budget, c'est pour aller chercher des musiciens de qualité», signale le directeur général du Festival de violon traditionnel, Jean de Grosbois.

On pourra notamment entendre Yann Falquet, les mélodies irlandaises et baroques d'Artiq Session et le trio JF Bélanger. «Ça, c'est des musiciens qui ont étudié le violon classique, mais qui ont choisi le trad», précise Pascal Gemme, qui souhaite déconstruire les stéréotypes entourant la musique traditionnelle.

Devant la popularité de la danse traditionnelle, deux soirées plutôt qu'une auront lieu cette année, à la salle de la Légion.

Familial

«On avait le Festival des enfants l'an passé, mais c'était embryonnaire. On voulait que ce soit plus structuré cette année», mentionne Jean de Grosbois.

Les parents désireux de s'offrir une pause pourront faire comme à la garderie et laisser leurs enfants s'initier au violon par le conte ou la danse, à la salle Alec et Gérard Pelletier. Le Festival des enfants est gratuit et supervisé. «Tu joues du violon, les enfants dansent. C'est instantané!», témoigne Pascal Gemme.

Jean de Grosbois l'a constaté en trois éditions: le Festival de violon traditionnel de Sutton n'est pas un événement local. «C'est un festival à vocation nationale ou même internationale», affirme-t-il.

Les participants viennent de Montréal, de la région de Québec, de l'Abitibi, du Bas-du-Fleuve, de Toronto et de majoritairement six états aux États-Unis. «Y'a même du monde de la France qui ont acheté leurs billets et qui ont organisé leur voyage au Canada autour du Festival de violon», rapporte M. de Grosbois.

En 2015, plus de 2000 personnes se sont déplacées à Sutton pour fêter au rythme du violon. «C'est trois fois plus que la première année!», se réjouit le DG, qui voit son festival prendre de plus en plus d'ampleur.

«Sur quatre spectacles en salle, y'a fallu qu'on refuse du monde à trois spectacles. La salle (Alec et Gérard Pelletier) était pleine à craquer», se souvient Jean de Grosbois. Pour prévenir le coup cette année, la capacité d'accueil du festival a été triplée grâce à l'ajout d'un grand chapiteau.

Les réservations en ligne pour la présente édition sont prometteuses. Le nombre d'achats est huit fois plus élevé en 2016 qu'à pareille date l'an dernier, indique le DG.

Nouveautés

Avis aux violoneux amateurs qui souhaiteraient se produire sur une scène du Festival: la Chaise musicale s'adresse à vous. Le nouveau spectacle est animé par Catherine Planet, la conceptrice de La Chasse-Balcon, cette série de concerts ayant lieu sur des balcons résidentiels. Les musiciens de tous âges et de tous styles sont invités à y présenter un numéro, le dimanche 14 août, à la salle Alec et Gérard Pelletier.

En nouveauté, un camping spécifique sera aménagé au centre-ville avec accès à l'eau et toilettes. Les festivaliers pourront y obtenir un terrain au coût de 15$ pour toute la fin de semaine. En plus des kiosques de produits locaux, quatre microbrasseries de la place serviront leurs produits: À l'Abordage, l'Auberge Sutton Brouërie, la Brasserie Dunham et Farnham Ale & Lager.

Un nouveau passeport familial est offert au coût de 75$. Pour connaître tous les détails de la programmation, visitez violontraditionnelsutton.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer