«Charismatique et drôle», dit France Arbour

«Il parlait de peinture, des pièces qu'il avait... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Il parlait de peinture, des pièces qu'il avait vues, des livres qu'il lisait, des voyages qu'il avait faits», énumère-t-elle.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

La comédienne France Arbour n'a pas partagé l'écran ou la scène avec André Montmorency, mais a eu l'occasion de le côtoyer à une dizaine de reprises lors d'événements culturels. L'homme de talent, dit-elle, était à l'image de son rôle de Friponneau dans La Ribouldingue: «très, très drôle».

«Il avait un charisme très spécial. Dès qu'il était quelque part, il ne passait pas inaperçu. C'est un bonhomme qui aimait les gens!», se souvient-elle.

Appartenant à la même génération, les comédiens avaient plusieurs points en commun. «Il faisait de tout!», évoque Mme Arbour, qui se rappelle avoir été invitée à visiter une exposition des toiles d'André Montmorency. «Quand il a eu moins de choses au théâtre et à la télévision, il s'est mis à produire de ses mains», raconte la dame, qui trouvait cette polyvalence artistique admirable.

Les conversations qu'elle avait avec le comédien n'étaient jamais banales. «Il parlait de peinture, des pièces qu'il avait vues, des livres qu'il lisait, des voyages qu'il avait faits», énumère-t-elle. «Il était aussi placoteux que moi!»

Pas non plus du genre à se tourner les pouces en attendant les projets. «C'est ce qu'on va garder de lui, cette espèce de désir de produire et de vivre», souligne la comédienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer