La magie du 3D en exposition chez Boréart

Les peintres Georgia Le Moine et France Lamontagne... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les peintres Georgia Le Moine et France Lamontagne ajoutent une troisième dimension à leurs oeuvres dans l'exposition Reflet.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Si leur médium de prédilection est le même, leur style, lui, diffère complètement. Pour l'exposition Reflet, présentée chez Boréart en juillet, les peintres Georgia Le Moine et France Lamontagne - alias Francel - présentent leur travail en duo. Avec une autre particularité commune: leurs oeuvres à l'acrylique sont aussi visibles en 3D.

C'était journée d'accrochage lundi à Boréart. Les deux artistes étaient sur place pour voir à ce que tout soit parfait pour leur exposition du 6 au 24 juillet prochains.

Elles sont habituées à se côtoyer. Ce n'est pas non plus leur première exposition conjointe. «Nous nous sommes connues dans une exposition où nous étions côte à côte, relate France Lamontagne, qui habite Cowansville. Il y a une belle dynamique entre nous.» «Mais chacune fait ses propres affaires», précise sa collègue granbyenne.

«On tient à notre liberté de création!», précisent-elles en choeur.

Même si leur réputation les précède et qu'elles ont l'habitude des galeries et des expositions, c'est ensemble qu'elles ont choisi de présenter leur dossier au comité de sélection de Boréart, qui l'a accepté d'emblée. Reflet, cependant, est la vision unique de chaque artiste. Il suffit d'entrer dans la salle pour constater à quel point on a affaire à deux styles complètement distincts.

Elles n'ont d'ailleurs pas cherché à mélanger leurs oeuvres; chacune occupe une partie de ce vaste espace blanc. «C'était plus harmonieux de séparer les toiles. En fait, ce sont deux expositions solos regroupées», note France Lamontagne.

Les visiteurs pourront ainsi admirer 21 oeuvres de celle qui signe Francel, toutes créées en 2015 et 2016 de façon intuitive dans une explosion de couleurs tout en fluidité.

Georgia Le Moine propose pour sa part 17 toiles de style contemporain, inspirées de l'Europe. Si elle privilégie généralement les couleurs vives, sa série 2015-2016 joue la monochromie, en la rehaussant d'éléments colorés.

Une autre dimension

Mais ce qui rend l'exposition encore plus intéressante, c'est l'ajout d'une troisième dimension à tous les tableaux. Par la magie des lunettes 3D qu'on leur fournira en entrant, les amateurs d'arts visuels auront droit à une version bonifiée de chaque toile.

«Au début, ce n'était pas dans nos plans, mais on l'a essayé avec nos oeuvres et ça fonctionnait. Ça donne de la profondeur à la peinture», explique Mme Le Moine.

«Ça ajoute un plus. C'est une belle expérience pour les gens. La toile nous amène plus loin avec les lunettes», ajoute France Lamontagne.

En effet. Une fois les lunettes sur le bout du nez, le résultat est saisissant. Les couleurs chaudes sortent littéralement du cadre, alors que les couleurs froides semblent s'enfoncer dans la toile.

Si la perception est moins marquée dans les tableaux de Georgia Le Moine - le 3D apporte une brillance supplémentaire aux touches colorées -, les oeuvres de Francel se transforment complètement lorsqu'on enfile les lunettes.

Un peu comme si on assistait non pas à deux, mais à quatre expositions en même temps!

Le vernissage de Reflet aura lieu le vendredi 8 juillet de 17h à 19h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer