Party du 25: une audace qui a plu aux spectateurs

The Franklin Electric a donné la note finale... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

The Franklin Electric a donné la note finale de la première édition du Party du 25.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Rares étaient ceux qui ne dodelinaient pas de la tête ou ne tapaient pas du pied, samedi, lors de la prestation du premier de quatre groupes à performer pour le Party du 25, organisé par Vie culturelle et communautaire de Granby.

Guillaume Beauregard, chanteur de Vulgaires Machins, a offert... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Guillaume Beauregard, chanteur de Vulgaires Machins, a offert au public les pièces de son album D'étoiles, de pluie et de cendres.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Cet événement a permis à la clientèle cible de 15-35 ans d'avoir des jeux à leur hauteur de 15h à 18h30, puis d'assister à un spectacle réunissant quatre groupes émergents qui gagnent à être connus.

Foreign Diplomats a brisé la glace de la soirée musicale. Le groupe a agréablement surpris les spectateurs, incluant l'auteure de ces lignes. Il était difficile pour le public de rester de marbre et, plus le spectacle avançait, plus les applaudissements étaient chaleureux.

Leur énergie sur scène - en particulier celle de Thomas Bruneau Faubert (trombone et synthétiseur) - malgré la chaleur et l'humidité a hypnotisé les spectateurs. Ils était littéralement intenables.

Le Granbyen Guillaume Beauregard, chanteur de Vulgaires Machins, a ensuite pris place sur scène en formule trio pour offrir au public les pièces de son album D'étoiles, de pluie et de cendres. Bears of legend et The Franklin Electric ont terminé la soirée éclairant une partie de la nuit.

De l'humour dans les pauses

Concept rarement utilisé dans les soirées où les groupes s'enchaînent, les pauses entre les prestations étaient comblées par le duo d'humoristes Sexe Illégal.

Le duo a certainement fait rire, ou du moins sourire, les convives. «On était ben content quand Granby nous a demandé de venir animer, mais on était déçu quand on a su que c'était pas au Zoo. Mais il y a quand même quelques animaux dans la foule», ont-ils lâché dans un style bien à eux.

Sexe Illégal a d'ailleurs poussé la note durant l'une de leurs animations. Le duo s'est amusé à traduire en français certaines chansons. Quoiqu'on devrait plutôt dire que les humoristes ont inventé des paroles chantées sur des airs connus. La Ville de Longueuil et les chandails de loup ont notamment été à l'honneur.

«Les gens présents ont vraiment apprécié leur soirée. Il y avait moins de monde que j'espérais, mais le ratio était bon par rapport à la proportion de la population âgée entre 15-35 ans, commente Mathieu St-François, animateur à la vie communautaire à Granby. On est très satisfait pareil.»

L'audace de l'organisation, qui a invité uniquement des groupes émergents, a été soulignée par les musiciens, ajoute-t-il. «Tous les groupes qui sont venus étaient vraiment contents de l'accueil. Tout le monde a vraiment tripé sur le show

M. St-François ne sait pas encore s'il y aura une suite à l'événement. «De ce que j'ai compris du discours du maire durant la soirée, il avait un intérêt à ce que ça revienne. Mais il n'est pas seul au conseil. Est-ce que ça va se faire? Je ne sais pas.»

Avant le spectacle, les festivaliers pouvaient profiter de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 3.0

Agrandir

Avant le spectacle, les festivaliers pouvaient profiter de nombreuses activités offertes sur le site.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Nombreuses activités

Avant le spectacle, les festivaliers pouvaient profiter de nombreuses activités sur le site, comme des boules de hamster géantes et la possibilité de marcher sur l'eau dans une bulle flottante. Jumpaï (bungee trampoline), photobooth et le sumo soccer ont aussi diverti un bon nombre de personnes. Pour l'occasion, des food trucks étaient également sur place.

Cependant, la chaleur, l'horaire d'après-midi ou encore les deux journées de fête qui précédaient pourraient avoir joué un mauvais tour à l'organisation. Dans la journée, «l'achalandage n'était vraiment pas ce à quoi on s'attendait. Je pense que les gens avaient trop chaud pour sortir. On a un bilan à faire. On va se demander ce qu'on aurait pu faire pour qu'il y ait plus de monde».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer