Les sculptures s'invitent au jardin à Abercorn

Maurice Ferland en pleine création.... (fournie par Danny Landry)

Agrandir

Maurice Ferland en pleine création.

fournie par Danny Landry

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Abercorn) Il ne pousse pas que des fleurs dans les jardins du Québec. Parfois, ce sont des oeuvres d'art qui apparaissent au coeur du paysage environnant. À Abercorn, les visiteurs qui feront un arrêt chez Mo-Fer cet été pourront admirer un véritable jardin de sculptures. Ou un champ, c'est selon.

Inauguré le week-end dernier, le Champ de sculptures Mo-Fer se poursuivra jusqu'au 5 septembre. L'événement en est à sa septième présentation.

Mo-Fer, c'est Maurice Ferland, artiste sculpteur qui, dans une autre vie, était designer de mode. Fasciné par le beau et la création manuelle, l'homme a touché à la sculpture pour la première fois en 1971. Il a plus tard découvert le «land art» (art extérieur) dans lequel il s'est lancé en 1999.

Dans son atelier d'Abercorn, il laisse maintenant libre cours à son imagination et à sa passion. Intuitif, il aime travailler le bois, le métal, l'acier inoxydable, le verre. Beaucoup d'objets recyclés entrent aussi dans la composition de ses oeuvres. Il craque notamment pour les outils anciens. «Ces objets étaient très beaux et très bien faits», fait-il remarquer.

Le résultat, cependant, n'a rien de vieillot. L'assemblage de ces divers matériaux possède une facture résolument contemporaine.

«J'aime les trucs épurés, d'inspiration asiatique. C'est l'objet qui me dicte le chemin», ajoute l'artiste. Cette année, son instinct lui a dicté l'ajout de rouge. «J'apprécie cette couleur. En plus, elle est complémentaire à la verdure extérieure. Ça crée un bel effet.»

Une trentaine de ses oeuvres extérieures sont exposées sur le vaste terrain qui borde sa propriété. À cette collection viennent s'ajouter les Torsos, sept autres sculptures de bois à figure humaine fabriquées par l'artiste Claude Girard.

Les sculptures sont à vendre, bien sûr, question de gagner un peu d'espace pour en fabriquer de nouvelles, affirme Maurice Ferland.

En faisant un arrêt au Champ de sculptures, les visiteurs feront d'une pierre deux coups. Non seulement ils pourront découvrir les oeuvres d'art, mais aussi profiter du site qui, dit-on, vaut le détour.

L'endroit est accessible au public durant le week-end de 10 h à 16 h et la semaine sur rendez-vous. Le champ se trouve à l'intersection des chemins Hillcrest et Spencer à Abercorn. Suivez les drapeaux. C'est gratuit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer