L'appel de la bête au théâtre de l'ancien presbytère

Laurie Gagné, Martin Gougeon, Patrick Goleau et Benjamin... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Laurie Gagné, Martin Gougeon, Patrick Goleau et Benjamin Déziel dans le décor d'Appel sauvage.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) L'expression «jungle du travail» prendra tout son sens cet été au théâtre de l'Ancien Presbytère. Dans Appel Sauvage, les quatre comédiens de la troupe feront l'éloquente démonstration que l'humain n'est jamais bien loin de la bête...

La Voix de l'Est est allée leur rendre visite cette semaine. Autour de la table, Martin Gougeon, Patrick Goleau, Laurie Gagné et Benjamin Déziel jasaient de la pièce drôle et colorée sur laquelle ils planchent... avec tout le sérieux du monde.

Derrière eux, un avant-goût du décor dans lequel ils planteront Appel Sauvage: quelques cubicules, autant de bureaux, des ordinateurs portables, des casques d'écoute, une cafetière. Vous avez tout compris, la comédie se déroulera dans un centre d'appels au coeur d'un gratte-ciel de Montréal. C'est dans cet environnement que les personnages se battront pour manger, survivre et procréer.

«Depuis plusieurs étés, je demande à mon équipe de me faire des propositions. Patrick (Goleau) est arrivé avec ce parallèle entre l'humain et l'animal. Tout ce qu'on fait au quotidien qui ressemble à ce qu'ils font dans la nature. Protéger son territoire, dominer, séduire, forniquer... on l'a transposé dans un centre d'appels. Bien des gens vont se reconnaître dans ces comportements!», résume Martin Gougeon, le patron de l'Ancien Presbytère, qui est aussi metteur en scène, coauteur - avec Patrick Goleau - et comédien dans Appel sauvage.

«C'est l'application de nos instincts sauvages en 2016. Parce qu'on est encore collés là-dessus», fait remarquer Patrick Goleau.

«C'est l'instinct de survie aussi», ajoute la fille du groupe, Laurie Gagné, pour décrire le sujet de la pièce. «On passe de beaux moments au théâtre quand il y a des joutes de pouvoir.»

Dans le petit théâtre granbyen de 70 places, il sera donc question de rentabilité, de dépression, de manque de compétences, de monoparentalité et de bien d'autres choses qui secouent le quotidien «au bureau». Et oui, il y aura aussi un peu de potinage. «Mais pas tant», précise Martin Gougeon.

Fidèle à son habitude de faire beaucoup avec peu, l'équipe de l'Ancien Presbytère magnifiera, encore cette année, les costumes (créés par Mélissa Brodeur) et les décors, en bougeant quelques éléments ici, en ajoutant un accessoire là, en toute simplicité.

Histoire continue

Contrairement à C'est à ton tour, la production de l'été dernier, l'équipe a choisi cette fois de présenter une histoire continue, plutôt qu'un style cabaret ponctué de saynètes.

«Là, les gens auront le temps de s'attacher aux personnages. Ils vont rigoler, mais aussi vivre de beaux moments de théâtre», résume le metteur en scène, appuyé dans ses dires par Patrick Goleau, qui promet plus d'émotions à travers cette formule.

Fait assez rare également, six personnages secondaires viendront se greffer aux cinq personnages principaux, au fil du récit. Tous interprétés par les membres du quatuor, il va sans dire. «C'est rare qu'on punche avec autant de personnages sporadiques», note Martin Gougeon.

À quelques semaines de la première, les choses se déroulent rondement, a-t-on pu constater.

«On approche de la version finale. On est à l'étape de mettre toutes les pièces du casse-tête ensemble», indique Martin Gougeon. Les textes ont été écrits, fignolés, relus puis refignolés. Les comédiens sont ensuite arrivés dans l'équation, ajoutant au passage leur grain de sel aux dialogues.

«Ici, le projet est au centre de tout et il demeure ouvert. On a un bel espace de création», assure Laurie Gagné qui, comme ses confrères, y consacrera une centaine d'heures de répétition.

Pour avoir un aperçu de ce que réserve Appel Sauvage, il suffit d'aller visionner les courtes capsules qui seront diffusées sur la page Facebook et sur le site web du théâtre de l'Ancien Presbytère.

Appel Sauvage sera présenté du 1er juillet au 27 août (les jeudis, vendredis et samedis) à 20h. Les billets seront disponibles en prévente à compter du 7 juin au 450-375-7767 ou www.ancienpresbytere.com.

Des forfaits souper-théâtre sont aussi offerts en collaboration avec l'Attelier Archibald.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer