Le conte est roi à Cowansville

La conteuse et auteure Renée Robitaille a participé... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

La conteuse et auteure Renée Robitaille a participé au festival Le conte est bon, ce week-end, accompagnée de l'accordéoniste Étienne Loranger.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le pouvoir des mots était en vedette tout au long du week-end à Cowansville. Non, il ne s'agissait pas d'une campagne électorale, mais plutôt du festival Le conte est bon où le conte et la poésie étaient rois.

Des activités pour tous les âges étaient organisées par la Ville de Cowansville à la bibliothèque municipale. Samedi, Renée Robitaille, conteuse et auteure bien connue pour l'interprétation qu'elle fait de ses récits, a littéralement su captiver à la fois les enfants et leurs parents avec ses trois histoires.

Elle était accompagnée d'Étienne Loranger à l'accordéon. «Des fois, les gens ne savent pas trop à quoi s'attendre. Ce n'est pas une pièce d'accordéon entre les histoires, c'est vraiment comme un paysage sonore qui se déploie, qui vient installer une ambiance, qui va des fois donner une émotion et qui me permet de voguer là-dessus, raconte Mme Robitaille, dont le répertoire couvre de la petite enfance aux adultes. Ça influence beaucoup la narration. Le conte, c'est très vivant. C'est un art qui s'adapte à ce qui se passe, à tout l'environnement.»

Un cellulaire qui sonne, un enfant qui pleure, un train qui passe. Ce sont tous des éléments de l'environnement qu'elle intègre à ses contes. Et son complice Étienne Loranger la suit. L'écoute pour la conteuse est primordiale afin de garder l'attention de son public, de ressentir ses émotions et s'y adapter, et de travailler avec davantage de finesse.

Captiver les enfants est une chose. Mais savoir conserver leur attention en est une autre, surtout lorsqu'un conte se termine et qu'un nouveau commence. «Vraiment, ça fait presque 18 ans que je fais du spectacle et c'est quelque chose que j'ai apprivoisé. C'est comme si l'enracinement que j'ai à l'intérieur et le calme que je dégage, ça va installer ça avec les enfants.»

Et Renée Robitaille n'hésite pas à utiliser des mots qui vont captiver et faire rire. Par exemple, lors de son premier conte, la mère adoptive des enfants est surnommée la «maudite méchante».

Gourmandise

La gourmandise, thème de sa présentation, est abordée d'une manière non conventionnelle, «un peu étrange ou malicieuse, en ce sens que j'ai une histoire africaine d'une petite fille qui mange des cacahuètes toute la journée. À un moment donné, elle se fait manger par un lion et, comme elle n'est pas contente, elle sort par son pet, évoque-t-elle en toute simplicité. Elle le mange à son tour, mais il n'est pas content et sort par le trou des fesses. La gourmandise un peu... ce n'est pas le gâteau au chocolat».

La directrice de la culture de Cowansville, Marie-Maude Secours, a écouté les contes de Renée Robitaille telle une enfant, assise au bout de sa chaise jusqu'à la fin.

Elle s'est d'ailleurs dite satisfaite de la première édition du Conte est bon. «On a eu une cinquantaine de personnes qui sont venues écouter de la musique folklorique samedi soir. On a eu une grande surprise aussi. Joséphine Bacon, une grande poétesse amérindienne, s'est présentée pour faire la lecture de Je suis la fille du Baobab brûlée, de Rodney Saint-Éloi. Ils étaient trois pour faire la lecture. C'était un honneur de la recevoir chez nous.»

Mme Secours se dit heureuse que l'événement ait pu attirer de 20 à 30 personnes pour chaque activité. En plus des contes pour enfants, le programme incluait des activités pour adultes et pour tous, du théâtre et une heure de slam avec Frank Poule.

Le conte est bon pourrait ne revenir que dans deux ans et alterner avec le festival de bandes dessinées de retour depuis 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer