Une fête des Mères haute en couleur

Un peu plus de 450 personnes ont franchi... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Un peu plus de 450 personnes ont franchi les portes de la Maison de la culture de Waterloo pour visiter l'exposition annuelle des Peintres unis.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Waterloo) La pluie de dimanche a favorisé les 19 artistes peintres exposant dans la salle de spectacle de la Maison de la culture de Waterloo ce week-end. De nombreux amateurs d'arts visuels en ont profité pour circuler d'un panneau à l'autre, découvrant les nouvelles créations de ce 36e rendez-vous annuel des Peintres unis de Waterloo.

Le vernissage de l'événement, vendredi, a attiré moins de convives que les dernières années et la salle a été plutôt tranquille samedi. Malgré tout, le président du regroupement, André Côté, confirme qu'il y a eu un peu plus de 450 visiteurs au total, ce qui est légèrement moins que les années précédentes. Le beau temps et la chaleur, finalement au rendez-vous, auraient favorisé les activités extérieures, selon lui.

La fête des Mères a fait craindre aux artistes qu'il y ait encore moins de gens, mais ce fut tout le contraire. «Certaines personnes sont venues avec leur mère, illustre avec satisfaction M. Côté. Ça, ça m'a surpris!»

Selon Laurianne Bernier, les années finissent toujours par se ressembler en matière d'achalandage. Peintre depuis 2002, elle expose avec le regroupement des Peintres unis de Waterloo depuis six ans.

Oeuvres originales

Beaucoup de gens sont venus de l'extérieur, selon M. Côté, pour admirer les oeuvres exposées. «Ils sont assez ébahis parce que ce sont toutes des oeuvres originales et on exige des créations nouvelles», explique-t-il. En effet, en arpentant les allées, il est possible de remarquer l'originalité de chacun.

Par exemple, Cécile Hamel aime intégrer des éclaboussures de fonte provenant de la fonderie de Waterloo, ce qui ajoute une touche unique à ses oeuvres. Les pastels de Carmen Caron reproduisent si fidèlement ce que l'artiste observe qu'on pourrait confondre ses toiles avec des agrandissements photo.

Le Bromontois Frank P. Lach s'intéresse particulièrement, quant à lui, aux ponts couverts. «Je voyage un peu partout, je photographie les ponts et je les peins», indique-t-il. Pour l'exposition annuelle des Peintres unis, il avait toutefois choisi d'explorer un autre thème. Le peintre aime également reproduire des bâtiments ancestraux, comme la grange de Mystic, qu'on pouvait observer à la Maison de la culture.

Les peintres, au nombre de 20 avant le récent décès de l'artiste Pierrette Lamoureux, proviennent de 10 villes situées entre Magog et Granby. Deux nouveaux peintres se sont joints dernièrement au regroupement. Tous ensemble, ils ont rendu hommage vendredi à leur consoeur disparue et ont préparé un mémorial en son honneur à l'emplacement habituel de son stand.

Les plus jeunes exposants sont des enfants de la troisième à la sixième année du primaire du pavillon Saint-Bernardin de l'école à l'Orée-des-Cantons, à Waterloo. Leurs dessins et peintures, réalisés dans le cadre des cours dispensés par deux peintres du regroupement, ont été exposés durant le week-end.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer