• La Voix de l'Est > 
  • Arts 
  • > Gala du cinéma québécois: Dompierre et micro_scope à l'honneur 

Gala du cinéma québécois: Dompierre et micro_scope à l'honneur

La prolifique carrière d'un demi-siècle de François Dompierre... (La Presse)

Agrandir

La prolifique carrière d'un demi-siècle de François Dompierre a été saluée musicalement avec une belle prestation.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Roy
La Voix de l'Est

Un hommage a été rendu au compositeur suttonnais François Dompierre et le film Guibord s'en va-t-en guerre - produit notamment par la Granbyenne d'origine Kim McCraw - a remporté trois prix au Gala du cinéma québécois, présenté dimanche soir.

La prolifique carrière d'un demi-siècle de François Dompierre a été saluée musicalement avec une belle prestation. Louise Forestier, Lysandre Ménard, Catherine Major, Martin Léon et son fils Philippe ont interprété quelques pièces qui l'ont rendu célèbre.

Juste avant, le cinéaste et grand ami de François Dompierre, Denys Arcand, a salué son «amour de la musique», non sans lancer quelques blagues au préalable. M. Arcand s'est même permis de prétendre qu'il regrettait que les deux amis ne soient pas homosexuels, puisqu'ils auraient formé «le couple parfait».

M. Dompierre a lui aussi usé d'humour dans ses remerciements, après avoir été chaudement ovationné par la foule réunie au Monument-National, à Montréal. Celui qui a travaillé sur plus de 50 films a salué ses collègues, les musiciens avec qui il a travaillé et a remercié le réalisateur qui lui a donné sa première chance: Jacques Godbout. Il a ensuite classé les réalisateurs dans quatre catégories: ceux qui lui ont fait confiance, comme Jean Beaudin; ceux qui savaient déjà ce qu'ils voulaient, comme son ami Denys Arcand, qu'il a parodié au passage; ceux qui ont appliqué la technique du work in progress, comme Léa Pool; et Denise Filiatrault, qu'il a qualifiée de catégorie à elle seule et qu'il a également imitée pour faire rire la salle.

Toujours actif, le compositeur a également été salué lorsque Léa Pool a été primée pour son film La passion d'Augustine. La réalisatrice a remercié M. Dompierre pour son «travail énorme» sur la production. Il n'a pas été oublié non plus lorsque ce même long métrage a remporté les grands honneurs: celui de meilleur film.

Trois prix pour Guibord s'en va-t-en guerre

Kim McCraw a elle aussi été mentionnée lors de remerciements. Quand Irdens Exantus a remporté le titre de meilleur acteur de soutien pour son interprétation de Souverain Pascal, il a qualifié la productrice originaire de Granby et son collègue Luc Déry de «duo du tonnerre». Martin Léon, qui a signé la musique du film et qui gagné dans la catégorie meilleure musique originale, a lui aussi mentionné la boîte de production micro_scope lors de ses remerciements. Hors d'ondes, le prix de meilleur montage a été remis à Richard Comeau, qui a également oeuvré sur le film, mais le prix du meilleur son a cependant échappé à la production de micro_scope.

Pour sa part, Ville-Marie de Guy Édoin n'avait récolté qu'une nomination, pour la meilleure coiffure. Le titre ne lui est cependant pas revenu.

La réalisatrice de La passion d'Augustine, Léa Pool (au... (La Presse) - image 2.0

Agrandir

La réalisatrice de La passion d'Augustine, Léa Pool (au centre), est devenue la première femme à remporter le prix du meilleur long métrage de fiction à la fête du cinéma québécois.

La Presse

Le sacre de La passion d'Augustine

La passion d'Augustine est ressorti grand gagnant du premier et dernier Gala du cinéma québécois avec six récompenses, dont celles de la meilleure réalisation et du meilleur film. Léa Pool devient d'ailleurs la première femme à remporter le prix du meilleur long métrage de fiction à la fête du cinéma québécois.

Film consensuel dans un gala qui ne voulait pas faire de vagues, La passion d'Augustine a aussi vu ses actrices remporter les prix d'interprétation. Céline Bonnier a tenu à dédier son trophée de la meilleure actrice à sa partenaire de jeu Lysandre Ménard. La jeune femme a toutefois échappé le prix de la meilleure actrice de soutien à Diane Lavallée, qui joue aussi dans le film de Léa Pool.

Une chance pour les gars, La passion d'Augustine, avec sa distribution presque exclusivement féminine, ne pouvait gagner le prix du meilleur acteur. C'était couru et très mérité, mais Gilbert Sicotte avait l'air néanmoins ému en remportant la catégorie pour sa bouleversante prestation d'un paternel à l'agonie dans Paul à Québec (François Bouvier). Il a parlé de son rôle colea pomme d'une rencontre fantastique.

Stéphane Bellavance et Pénélope McQuade ont amorcé ce gala unique de façon très sobre, en soulignant que le milieu du cinéma québécois avait été bouleversé par les révélations sur la pédophilie de Claude Jutra. «C'est un terrible évènement qui nous dépasse tous.» Ils ont surtout voulu offrir leurs pensées aux victimes du réalisateur de Mon oncle Antoine : «On tient à leur exprimer notre profonde compassion.» Le Soleil

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer