À la recherche de la perfection

Sharon Robinson, de Sutton, et Norman Brooke, de... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Sharon Robinson, de Sutton, et Norman Brooke, de Shefford, exposent leur Délivrance incomplète, au Musée Bruck à Cowansville.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) La multidisciplinarité est maître au Musée Bruck de Cowansville, alors que les artistes Sharon Robinson et Norman Brooke, partenaires de travail, présentent leur nouvelle exposition: Délivrance incomplète.

Le duo propose gravures, sculptures, assemblages et collages. Chacun travaille de son côté, mais se réfère à l'autre en cas de doute. La consultation leur permet de savoir s'ils suivent le bon chemin, mais aussi de briser la solitude de l'atelier.

«Les artistes sont souvent seuls et c'est bon d'avoir une collègue à qui demander si on va dans la bonne direction», confie M. Brooke.

«Ça fait longtemps qu'on travaille ensemble. On a étudié ensemble à l'Université Bishop», renchérit Mme Robinson, de Sutton. Elle raconte en riant qu'elle et M. Brooke ont «divorcé» de leur partenariat à plusieurs reprises, pour mieux se retrouver ensuite.

Ils n'en sont pas à leur première exposition collective. Cette fois-ci, «le thème est Délivrance incomplète, explique le Sheffordois. Comme artiste, on ne réussit pas toujours à atteindre notre but. On est toujours un peu satisfaits, mais pas complètement.» Et la démarche a été longue pour eux, a-t-il souligné devant l'assistance, lors du vernissage de dimanche.

Les deux artistes ont reçu beaucoup de commentaires positifs de la part d'amis, de membres de leur famille, mais aussi d'inconnus venus par curiosité. «Une surprise», pour Mme Robinson. Son partenaire ajoute avoir été étonné que des visiteurs viennent leur dire qu'ils aimaient leur art. Étonné ou soulagé? Dans le cadre de cette thématique, de tels commentaires peuvent effectivement les rassurer.

Les deux artistes exposent une vingtaine d'oeuvres chacun. Sharon Robinson présente des gravures sur bois, sur plaques solaires, sur masonite ou encore sur céramique, de même que des collages.

On peut également découvrir, entre les murs du Musée Bruck, le style éclaté de Norman Brooke, qui a un goût particulier pour les objets recyclés. Les visiteurs peuvent, par exemple, voir une sculpture faite avec de vieilles poignées de porte ou bien des collages sur des tuiles de céramique délaissées. «J'aime beaucoup prendre des choses à récupérer, des choses que les gens ne veulent plus.»

L'artiste fait également des monotypes, c'est-à-dire qu'il crée une image sur une plaque à l'aide d'une presse. Il pose entre la plaque et la presse des objets et des couleurs qui produisent l'image qu'il désire.

Projet international

Norman Brooke et Sharon Robinson ont tous deux participé à un projet international mené par l'artiste Maria Arango-Diener, de Las Vegas. Cette dernière a fait parvenir un morceau de bois, tout petit, à 160 artistes graveurs à travers le monde. Ils ont eu à créer une oeuvre sur celui-ci. Les 160 pièces ont été réunies pour créer une oeuvre magistrale de 10 pieds de long par 4 de haut, intitulée Pour la paix.

Une reproduction du résultat final est exposée au deuxième étage du Musée Bruck.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer