Petites histoires croustillantes

La pièce met en vedette Martin Vachon, Roxane... (fournie par Entourage)

Agrandir

La pièce met en vedette Martin Vachon, Roxane Bourdages, Jonathan Roberge et Émily Bégin.

fournie par Entourage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

Vous vous souvenez de votre première fois? De l'ambiance, du décor, de tous ces petits détails gravés dans votre mémoire... ou pas?

Le metteur en scène, Jasmin Roy. ... (archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le metteur en scène, Jasmin Roy. 

archives La Presse

C'est autour de ce sujet rassembleur- et parfaitement universel - que gravite la pièce Ma première fois, qui s'arrête au Palace de Granby vendredi soir, juste à temps pour la Saint-Valentin.

Cette pièce est née de l'initiative de l'Américain Ken Davenport qui a eu l'idée de recueillir les confidences anonymes d'internautes sur leur première relation sexuelle. Plus de 40 000 témoignages avaient alors afflué sur le site myfirsttime.com. Amplement de quoi écrire une oeuvre théâtrale!

Jasmin Roy s'est approprié la pièce il y a quelques années, en l'adaptant pour le public d'ici, mais sans trop s'éloigner de la version originale. «J'ai ajouté des références québécoises. C'est aussi plus incarné; les comédiens jouent davantage. On est moins dans la lecture», explique le metteur en scène.

Les comédiens en question, ce sont Jonathan Roberge, Martin Vachon, Roxane Bourdages et Émily Bégin, qui a succédé à Marie Soleil Dion en janvier. Le quatuor relate, durant une heure et demie, quelques-unes des «premières fois» répertoriées. Tant les plus cocasses, les plus expéditives que les plus touchantes.

Forcément, les mots sont souvent crus, accompagnés de gestes parfois explicites. «On est beaucoup dans la maladresse et le manque de contrôle. Et on en rit», dit Jasmin Roy.

Et parce que la première fois ne se passe pas toujours comme un conte de fées, il y a aussi de l'émotion, notamment lorsqu'il est question de viol, ajoute-t-il.

Tout cela raconté dans une scénographie toute simple, où les scènes sont courtes et les décors minimalistes. Quant aux comédiens, doit-on préciser, ils sont habillés. «On parle assez de sexe; il n'est pas nécessaire de le montrer! On préfère suggérer», note Jasmin Roy.

«En France, ça n'a pas bien fonctionné. Les comédiens étaient nus sur scène. Ce n'était pas nécessaire.»

À ce jour, on dit que l'oeuvre a été adaptée dans huit pays et que plus de 3,5 millions de billets ont été vendus. C'est en Italie que la pièce aurait obtenu le meilleur accueil. Au Québec, où elle a été présentée pour la première fois en 2014, des représentations sont encore prévues pour 2016 et 2017.

Tout le monde aura compris que Ma première fois s'adresse à un auditoire de 16 ans et plus. Dans la salle, les têtes grises et les jeunes adultes se côtoient pourtant avec bonheur, autour de ce sujet commun et rarement abordé.

D'ailleurs, Jasmin Roy, c'était comment, la première fois? «J'étais content que ce soit fait. Disons que j'étais très volontaire! J'en ai mis plus que pas assez!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer