Emilie-Claire Barlow: de la visite rare à Sutton

C'est au Québec qu'Emilie-Claire Barlow a trouvé le... (Steve Webster)

Agrandir

C'est au Québec qu'Emilie-Claire Barlow a trouvé le meilleur public. «Les gens ici ont beaucoup de respect pour la musique. Chaque spectacle est pour eux, et pour moi, un événement.»

Steve Webster

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

Certains artistes aiment se pointer là où on ne les attend pas. Ce genre de rendez-vous improbable se produira les 12, 13 et 20 février à Sutton, alors que la salle Alec et Gérard Pelletier accueillera l'interprète de jazz torontoise Emilie-Claire Barlow. De la visite rare.

La plus québécoise des chanteuses canadiennes, comme on la présente souvent, a un attachement réel pour la belle province. Depuis quelques mois, elle a même acheté un condo à Montréal, parce qu'elle y passe beaucoup de temps, dit-elle dans son charmant français. «J'adore la vibe de cette ville. Il y a une atmosphère vivante. C'est aussi une opportunité pour moi de pratiquer mon français. Et j'aime vivre là où les gens apprécient la musique.»

C'est en effet au Québec, explique la jeune femme, qu'elle a trouvé le meilleur public. «Les gens ont beaucoup de respect pour la musique. Chaque spectacle est pour eux - et pour moi - un événement.»

Celle qui a foulé les grandes scènes jusqu'au bout du monde semble ravie de sa prochaine incursion dans les Cantons-de-l'Est. Le choix de Sutton est néanmoins un peu déconcertant... «Mon gérant a une maison à Sutton et il connaît bien la salle Alec et Gérard Pelletier, qu'il trouve vraiment intime. Jouer dans les petites villes, ça me plaît!»

L'ambiance chaleureuse des petites salles lui sied aussi à merveille, ajoute-t-elle, car cela lui permet une belle communication avec l'assistance. C'est qu'elle parle beaucoup, Emilie-Claire, entre ses chansons. Surtout dans le cas de son dernier - et dixième - album, Clear Day, né lors d'un voyage en brise-glace dans le passage du Nord-Ouest, coréalisé avec son amoureux musicien Steve Webster et enregistré avec 70 musiciens du Metropole Orkest des Pays-Bas. On y retrouve des chansons comme Fix You de Coldplay, Si j'étais un homme de Diane Tell et Because des Beatles, complètement réinventées sous sa voix.

«Chaque chanson a une histoire, spécifiquement avec Clear Day. Il y a un timelime et j'ai attaché chaque chanson à un moment. Je trouve important de le raconter aux gens», dit-elle.

Collaboration

Avant Clear Day, Mlle Barlow n'avait pas l'habitude des collaborations. Sa rencontre avec Steve Webster a changé sa vision des choses. «Nous avons décidé de faire des arrangements ensemble. Quelques musiques étaient impossibles à arranger, à moi seule. C'est difficile de faire des orchestrations pour 70 musiciens!»

Depuis, les deux artistes sont devenus un couple et partagent leur temps entre Montréal et le Mexique.

À Sutton, Steve Webster ne sera pas sur scène avec elle. Elle sera par contre accompagnée de cinq musiciens qui feront vivre les chansons les plus connues de son répertoire, et bien sûr plusieurs pièces de Clear Day, en version plus intime. «Avoir toutes les couleurs des instruments d'un orchestre, c'est unique, mais il y a une autre chimie en petit groupe. On se regarde et on se comprend. C'est simplement différent», laisse entendre l'artiste.

Quand La Voix de l'Est l'a jointe cette semaine, elle était de passage à Toronto pour un grand spectacle symphonique après une virée au Japon. Sutton s'inscrit dans une courte tournée au Québec avant une petite pause. Quelques festivals sont dans sa mire pour l'été. Elle a déjà confirmé sa présence «symphonique» au Festival de jazz de Montréal en juillet. Des spectacles ailleurs au Canada et en Europe pourraient suivre.

Quand on lui demande le secret de l'amour du public à son égard, elle éclate d'un grand rire. «Je pense que je suis une personne authentique. Je suis la même personne sur scène, dans la vie, tout le temps. Et ma musique est le reflet de moi-même.»

Les spectacles des 12 et 13 février affichent déjà complet. Pour en savoir davantage au sujet de la supplémentaire du 20 février, on compose le 450 538-0486.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer