La longue feuille de route de Claude Poirier

En 55 ans de carrière, Claude Poirier a... (archives La Presse)

Agrandir

En 55 ans de carrière, Claude Poirier a contribué à résoudre 55 prises d'otages et convaincu 275 criminels de se rendre à la police.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Danièle L. Gauthier
La Presse Canadienne
Montréal

Il fut un temps où, très tôt le matin, on pouvait entendre Claude Poirier à la radio rendant compte d'un incendie qui, en pleine nuit, avait jeté des familles sur le pavé et pourtant, la veille, à 22h, il était en poste pour décrire le règlement de compte survenu dans les Laurentides. Il était partout, tout le temps.

Le mercredi 27 janvier, 22h, à Historia, il sera au Grand Rendez-vous de Josélito. À 77 ans, il a toute une feuille de route. En 55 ans de carrière, il a contribué à résoudre 55 prises d'otages et convaincu 275 criminels de se rendre à la police.

Ce métier qu'il s'est créé l'a souvent amené à risquer sa vie au point où il a tenu à équiper sa maison transformée en bunker d'un système de caméras pour sa protection et celle de sa famille. Il a eu à transiger avec des caïds dont Frank Cotroni, Jacques Mesrine, Richard Blass et combien d'autres.

Et d'autre part, il arrivait que Claude Poirier soit consulté par le premier ministre Robert Bourassa qui fut son voisin dans ses jeunes années et avec qui il allait au baseball. Il fut un temps où René Lévesque était son partenaire au journal Dimanche-Matin.

Ce rendez-vous avec Josélito donne aussi l'occasion d'en connaître un peu plus sur la vie de cet homme qui, malgré cinq pontages subis en 2014, n'en continue pas moins d'élaborer des projets, tant à la radio qu'à la télévision.

Un sexe faible fichtrement fort

Le documentaire s'intitule Les Casques roses à Faut en parler, le lundi 25 janvier, 21h, à Télé-Québec. Il s'agit des femmes qui travaillent dans les métiers de la construction. Aïe! La force physique ne suffit pas, il faut également une force de caractère inouïe pour supporter toutes les railleries et propos déplacés et humiliants qu'elles subissent continuellement.

Pourtant, depuis longtemps il y a des femmes médecins, policières, pompières, chauffeuses de camions, mais il semble que dans la construction, elles aient beaucoup plus de difficulté à se faire accepter. Les travailleurs de la construction sont-ils plus machos que dans d'autres domaines?

En tout cas, ils se sentent menacés et n'hésitent pas à jouer dur pour décourager quiconque pourrait s'avérer plus compétente, plus consciencieuse, parce que c'est connu, les femmes sont beaucoup plus perfectionnistes que les hommes. Et pourquoi n'auraient-elles pas droit, elles aussi, de gagner des salaires intéressants pour s'offrir une vie décente?

Et attention! Si ces femmes osent dénoncer la discrimination, les menaces ou le harcèlement, elles sont stigmatisées et malgré toutes leurs démarches et leurs qualifications, n'arrivent plus à se trouver du travail sur les chantiers de construction à des kilomètres à la ronde.

En tôle!

Pour maintenir un homme en prison, il en coûte 118 000 $ par année et 212 000 $ pour une femme. On compte 18 000 employés pour 15 000 détenus. C'est un milieu si particulier qu'on a remarqué que les femmes qui y entrent n'ont plus de menstruations. La population carcérale est bien alimentée et, selon les cas, il y a des programmes de réhabilitation, et il est possible de s'inscrire à des cours.

Mais tous ces bons points ne compensent pas vraiment l'absence de liberté, sans parler de la vie qui continue accompagnée souvent de remords. Stéphane Gendron rencontre des intervenants du milieu à Justice 360 / La Prison, le mardi 26 janvier, 22h, à Investigation.

Ces 50 dernières années, la consommation de viande a doublé. La plupart des chercheurs s'accordent pour dire que la viande rouge favorise les maladies cardio-vasculaires, le diabète, le cancer. Ils ne sont pas absolument certains cependant que ce soit le gras ou la L-carnitine contenue dans la viande qui nuise à la santé.

On note que les membres des Adventistes du 7e jour, qui pratiquent le végétarisme, vivent plus longtemps. On recommande alors une consommation de viande rouge modérée, complétée par des fruits et légumes dont les fibres fournissent une protection. La vérité sur la viande, le mercredi 27 janvier, 21h, à Explora.

Louis XV était un homme à femmes. Sa royale libido nécessitait toute une cohorte de femmes pour l'assouvir. On dit d'ailleurs que ces «collaboratrices» furent sa perte. Bien que marié, il collectionnait les maîtresses et ne dédaignait pas folâtrer avec de toutes jeunes filles et compléter son tableau de chasse avec des prostituées.

À sa mort, on transporte discrètement son corps de nuit, de Versailles à la basilique Saint-Denis, parce qu'il avait été rejeté après sa conduite débauchée. Mais qui étaient donc ces femmes si accommodantes? L'ombre d'un doute / Louis XV, l'homme qui aimait trop les femmes, le lundi 25 janvier, 20h, à TV5.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer