Mario Hade tourne la page

Depuis 2010, Mario Hade a déjà publié 12... (photo Alain Dion)

Agrandir

Depuis 2010, Mario Hade a déjà publié 12 livres.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) On vous parle régulièrement de Mario Hade. Difficile de faire autrement, le prolifique auteur a toujours un roman en librairie ou sur le feu! Il y a quelques jours, le Granbyen a publié son 12e ouvrage: le quatrième et dernier tome Des nouvelles d'une p'tite ville - 1970. Jacques.

Les trois précédentes Nouvelles... s'immisçaient aussi dans la vie de quelques personnages de la précédente série Chroniques d'une petite ville. On a d'abord pu suivre le quotidien de Violette, de Juliette et de Monique. «J'ai choisi de mettre l'accent sur certains personnages pour que les lecteurs sachent ce qu'ils ont vécu et ce qu'ils sont devenus à la suite de cela. Ce sont des études de caractères», explique l'écrivain, qui estime entre 8000 et 9000 le nombre d'exemplaires écoulés pour chaque roman.

Pour donner vie à Jacques, Mario Hade s'est inspiré de quelqu'un qu'il a connu, comme c'est souvent le cas. «Jacques est victime d'un accident de la route en 1973 et ça change toute sa vie», résume-t-il.

Mais comment fait-il pour pondre à un tel rythme? Car on vous a mentionné qu'il s'agissait de son 12e livre, mais précisons qu'ils ont tous été publiés depuis 2010.

«Mes personnages m'habitent. Je fais un synopsis à la base, mais je ne sais jamais quelle direction ça va prendre. C'est beaucoup de l'écriture spontanée.»

Mari Hade ne cache pas non plus qu'écrire est pour lui la meilleure des distractions. «J'ai juste ça à faire. Sinon, je m'ennuierais royalement!»

La rigueur est aussi dans son ADN. «C'est une discipline. Je me réveille tous les matins à 5 h, alors je peux me mettre au travail de 6 h à 10 h, puis de 10 h 30 à 13 h. Je fais parfois des recherches en après-midi. Et je lis beaucoup aussi.»

mille et une idées

Son dernier opus sort à peine des presses qu'il s'avance déjà sur son prochain projet. Pardon. Sur ses prochains projets. «Je vais revenir sur Émile et Lauretta, qu'on a connus dans les Chroniques d'une petite ville. C'est un roman hors série», dit-il. En racontant cette histoire, le romancier souhaite expliquer la genèse de ce couple malheureux, à l'origine de la série.

Parallèlement, il cogite à une prochaine trilogie d'époque. Le sujet se précise, les idées bouillonnent. Il y sera question, dit-il, de maladie... et de cabane à sucre. «J'ai connu ce milieu et mon père peut encore m'aiguiller sur les méthodes du temps, car il est encore vivant.»

Et comme si ce n'était pas suffisant, Mario Hade planche, depuis juillet, sur la biographie du musicien et compositeur Michel Robidoux. Cette première incursion dans ce genre littéraire, cependant, lui ressemble un peu moins. «Je suis habitué à être dans ma bulle, seul, avec mes histoires inventées. Là, on parle de personnes vivantes et il faut être très factuel. On dépend aussi des autres et de leur disponibilité. C'est en cours.»

Parions donc qu'une fois ce dossier réglé, il retournera puiser dans ses propres souvenirs et sa fertile imagination. Car il y a encore bien des personnages et des histoires qui n'attendent que lui pour prendre vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer