Amélie Larocque: appelez-là Amé

Le 15 janvier sera une grosse journée pour... (photo Ariann Laurin)

Agrandir

Le 15 janvier sera une grosse journée pour Amélie «Amé» Larocque.

photo Ariann Laurin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-D'Abbotsford) Aujourd'hui ne sera pas une journée comme les autres pour l'auteure-compositrice-interprète Amélie Larocque. Non seulement elle lance un nouveau simple et un vidéoclip, mais elle change carrément d'identité. À partir de maintenant, elle devient Amé, tout simplement.

«J'ai souvent fait la première partie de Jérôme Couture et ses fans m'appelaient Amé, tout comme mes amis. J'ai toujours aimé les petits noms. En plus, je trouve que ça crée une séparation entre Amé, la fille sur scène, et Amélie Larocque, la fille qui écrit des chansons pour les autres. Ce nouveau nom, c'est comme si ça me redonnait des ailes», explique l'artiste originaire de Saint-Paul-d'Abbotsford.

L'idée qu'elle puisse confondre le public ne lui est même pas passée par l'esprit. «Je prends le risque!», dit-elle.

À 29 ans, Amé n'en est pas à ses premières armes en musique et dans la vie. «J'ai fait plein de projets, j'ai sorti un premier album éponyme en 2010, j'ai eu ma fille, j'ai écrit des chansons pour d'autres artistes [NDLR<saxo:ch value="226 128 137"/>: Annie Blanchard, Jérôme Couture, Marc Dupré], j'ai lancé la chanson Belle en plastique en France... Ce qui arrive maintenant fait partie de cette évolution.»

Ce nom d'artiste sied mieux, ajoute-t-elle, à son nouveau style plus rythmé, teinté d'arrangements électros, pop, rock. «C'est très ciblé comme style. Avec beaucoup de voix.»

Il en résultera assurément un nouvel album qui ira «ailleurs», hors des sentiers qu'elle a déjà fréquentés. Les paroles et la musique seront d'elle, bien sûr, mais son conjoint multi-instrumentiste Étienne Chagnon n'est jamais bien loin.

«Beaucoup de chansons sont prêtes», assure-t-elle, mais aucune date n'est encore fixée pour sa sortie.

Frôler les corridors

Ce qui est certain, cependant, c'est le lancement de son nouvel extrait Frôler les corridors sur le web, aujourd'hui. «C'est une chanson qui parle d'intimidation. Je ne dénonce pas; c'est plus une intrusion dans la vie d'une adolescente qui en est victime.»

À l'écoute, quelques mélomanes ne manqueront pas de relever des similitudes avec une certaine Marie-Mai...

Au même moment, on pourra aussi visionner le clip réalisé par Émilie Gagnon-Delorme. «Il n'y a pas de lancement en salle, mais on présente vraiment ma nouvelle empreinte», résume Amé.

Ce positionnement ne se fait pas qu'au Québec. La chanteuse a aussi développé une collaboration en France dans l'espoir d'y faire sa place.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer