Michaël Rancourt prêt pour un autre tour

Michaël Rancourt peaufine son nouveau spectacle Les années juke-box... (fournie par Pascal Rameux)

Agrandir

Michaël Rancourt peaufine son nouveau spectacle Les années juke-box de Piaf à Sinatra, qu'il lancera au Québec à la fin de février.

fournie par Pascal Rameux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Fidèle à ses habitudes, Michaël Rancourt se prélasse en Floride en ce début d'année. Mais pas seulement. Il bosse aussi quelques heures par jour pour peaufiner son nouveau spectacle Les années juke-box de Piaf à Sinatra, qu'il lancera au Québec à la fin de février.

«Je voulais faire un show différent de ce que j'avais déjà fait. La musique des années 50 et 60 a fait partie de ma jeunesse. J'en ai beaucoup écouté et c'est très significatif pour moi. Ça représente plein de beaux souvenirs», explique le chanteur imitateur de 52 ans pour justifier le choix de ce créneau.

«Le rock'n'roll, les grands slows... La musique était tellement présente dans ce temps-là. Si j'avais à choisir une époque pour vivre, ce serait elle.»

Crooner, Michaël Rancourt? «Je suis pas loin de ça! Avec les cheveux gris et l'habit gris, ça fitte!», rigole le Granbyen.

Ce spectacle, il le prépare depuis le printemps dernier. Mais depuis la fin de l'aventure Les drôles de ténors avec Steeve Diamond et Francesco Verrecchia, en octobre, il a eu encore plus de temps à y consacrer.

Son premier défi: choisir le contenu parmi la quantité phénoménale de chansons produites à cette époque. «Il y a tellement de matériel, c'est fou. J'ai trois heures de spectacle, mais je vais devoir en enlever pour faire un show de 2 x 50 minutes, laisse entendre le Granbyen. Si la réponse est bonne, j'aurais assez de matériel pour monter un deuxième et un troisième spectacle sur ce thème.»

Pour arriver à introduire le plus de pièces et de voix possibles, il glissera même quelques medleys à travers ses numéros.

Contrairement aux bandes sonores qu'il utilise généralement, l'artiste se fera plaisir en invitant sur scène deux musiciens en chair et en os, Nicolas Guimont à la guitare et Catherine Maurais au piano, qui l'accompagneront dans sa tournée.

Ensemble, ils feront revivre Ray Charles, Frank Sinatra, Elvis Presley, Paul Anka, Johnny Cash, Dalida, Édith Piaf, Joe Dassin et plusieurs autres chanteurs - et chanteuses - qui ont marqué l'époque des juke-box.

«C'est un show d'imitations. Et c'était important pour moi d'inclure de la chanson française. Je fais d'ailleurs un numéro sur les chansons qui portaient un prénom féminin. C'était à la mode dans ce temps-là.»

Travail de longue haleine

Pour préparer une galerie de personnages aussi riche, Michaël Rancourt doit faire beaucoup d'observation - visuelle et sonore -, à travers YouTube notamment. La voix, l'intonation, les mouvements, il doit analyser chaque artiste, puis répéter et répéter encore, jusqu'à obtenir le son et l'attitude recherchés.

«Je chante depuis que j'ai huit ans. C'est un bon exercice de pratique!»

Aux imitations s'ajoute l'écriture des textes, qu'il peaufine avec autant d'attention. Indissociable de son style, l'humour sera omniprésent dans le spectacle.

Quant au public, il espère ratisser plus large que ceux qui ont connu les années 50 et 60. «C'est une musique que tout le monde connaît et qui accroche beaucoup. Et je vais ajouter des personnalités d'aujourd'hui pour nous parler de cette époque, comme Guy A. Lepage par exemple.»

Bref, «un spectacle de souvenirs, de nostalgie et de plaisir», promet Michaël Rancourt.

Quelques dates de tournée sont déjà au calendrier. Les années juke-box mènera notamment l'imitateur jusqu'à Saint-Pierre-et-Miquelon. «D'autres dates s'ajoutent. Je vise des salles de 300 à 400 personnes. Et j'aimerais bien sûr être en spectacle à Granby. On va voir!», lance-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer